Être avec soi-même pendant les vacances

Le Penseur, Auguste Rodin. Photo : Jean de Calan

Les vacances nous permettent d’être en famille mais elles peuvent nous donner également la chance de faire le point avec nous-même et de nous recentrer.

Nous parlons des résolutions de début d’année mais l’été est propice aussi à une redéfinition d’objectifs personnels ou professionnels et procure un élan et une vitalité en chacun de nous. L’introspection permet ainsi justement de cultiver tout cela et d’apporter un nouveau souffle et une dynamique.

Ainsi, accordons-nous donc du temps, celui de l’inaction et de la réflexion.

Quelques moyens pour s’accorder du temps avec soi-même :

  • Méditer : 15 minutes par jour suffisent surtout pour ceux qui n’ont pas l’habitude. Méditez le matin ou avant de vous coucher mais également dans les moments où l’on est susceptible d’être seul. Soyez le plus confortable possible, assis en tailleur sur un coussin / bolster ou bien couché sur un tapis. L’application Petit Bambou est bien utile si vous souhaitez être accompagné dans un méditation de pleine conscience. Si vous avez d’autres applications bien-être / méditation que vous utilisez n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ci-dessous. Les retraites de méditation silencieuses et de pleine conscience sont aussi de très bons moyens pour lâcher prise et se concentrer, corps et esprit sur l’instant présent. cf « Ma semaine de retraite à méditer en pleine conscience ». 

 

  • Marcher : Je marche, donc je pense. Lire à ce sujet le dernier Sylvain Tesson, « Sur les chemins noirs » pour suivre ses réflexions de marcheur. « Entre moi et le monde, il n’y avait que l’air tiède, quelques rafales, des herbes échevelées, l’ombre d’une bête. Et pas d’écran ! Aucune information, pas d’amertume, pas de colère. » (Sylvain Tesson). La nature et les éléments nous aident à apprécier l’instant présent et à ressentir. La marche permet également la méditation et si vous avez du mal à rester en tailleur, marchez en pleine conscience ! La marche rendra le corps plus présent et l’attention plus ouverte. Au sujet des lieux, allez là où votre coeur vous porte : plage, campagne, montagne, ville, forêt… Marcher en forêt, prendre de l’énergie à un arbre, et se recharger sont aussi des exemples d’harmonie que nous pouvons faire avec les éléments. Enfin, n’oublions pas les pèlerins qui iront cette année sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. La fréquentation augmente d’année en année et chacun part avec ses propres motivations sur le chemin qui lui correspond (paysages, rencontres, introspection..). Une route initiatique dont on ne revient pas indemne. Le but du chemin, c’est bien le chemin en lui-même…

 

Illustration : Mike Medaglia
  • Cuisiner : moment de pleine attention et de méditation en profitant de l’instant présent. Être ainsi pleinement à ce que l’on fait, aux gestes, aux sensations, aux parfums dégagés par la cuisine. Cuisiner pour faire plaisir à ses proches mais aussi à soi-même est un vrai moment de plaisir et les vacances permettent d’apprécier ces instants. De plus, vous pouvez tout à fait lier la marche et la cuisine en allant cueillir des plantes /herbes pour décorer ou incorporer dans les plats. J’ai moi-même récemment cueilli du serpolet, de l’achillée millefeuille et autres plantes pour tester dans les recettes et c’est génial de pouvoir créer de nouvelles saveurs !

 

  • S’ennuyer : L’ éloge de la paresse, une liberté dans un monde hyperconnecté. Les vacances permettent de lâcher le mobile alors profitez-en !  Et si vous n’arrivez pas à lâcher vos outils, allez dans un endroit complètement déconnecté, sans wifi ni possibilité de connexion, vous verrez c’est imparable et vous saurez si votre dépendance est forte. Enfin, couper les portables, séquencer son temps d’attention et se concentrer vous apportera une créativité qui permettra de voir plus clair en vous. En effet, ce n’est pas en étant sollicité de tous côtés que vous parviendrez à trouver tout cela.
    « J’écrirais volontiers un éloge de la paresse et de l’ennui. La paresse, rien de plus clair, est la mère des chefs-d’œuvre. Très loin de l’abrutissement qui naît des grands postes et des hautes fonctions, l’ennui est cet état béni où l’esprit désoccupé aspire à faire sortir du néant quelque chose d’informe et déjà d’idéal qui n’existe pas encore. L’ennui est la marque en creux du talent, le tâtonnement du génie. Dieu s’ennuyait avant de créer le monde. Newton était couché dans l’herbe et bayait aux corneilles quand il a vu tomber de l’arbre sous lequel il s’ennuyait la pomme de la gravitation universelle. Les petits esprits s’énervent au milieu de foules de choses, la plupart du temps inutiles. Les grands esprits ne font rien et s’ennuient comme Descartes « enfermé seul dans un poêle en Allemagne » avant de découvrir des cieux. Chateaubriand bâillait sa vie avant d’écrire Atala, et René, et les Mémoires d’outre-tombe.
    L’essentiel est de fuir les occupations subalternes et d’éviter de se disperser dans des plaisirs ou des obligations d’emprunt, et puis de se donner tout entier à ce qui sera l’œuvre d’une vie. » Jean d’Ormesson, extrait de l’ouvrage « Qu’ai-je donc fait ? »

Vous trouverez ci-dessous quelques références de textes qui favorisent une introspection sur nous-même et nous permettent de nous déconnecter de la vie réelle pour mieux savourer la nature et retrouver notre vrai moi.

Pensées pour soi-même (170-180 ap. J.-C), Marc Aurèle

Les Rêveries du promeneur solitaire (1776-1778), Jean-Jacques Rousseau

Nature (1836), Ralph Waldo Emerson

Walden (1854), Henry David Thoreau

De la marche (1862), Henry David Thoreau

Un été dans la Sierra (1911), John Muir

Sur la route (1957), Jacques Kerouac

Chemin faisant (1977), Jacques Lacarrière

Le Chercheur d’absolu (1997), Théodore Monod

Le Pouvoir du moment présent (1997), Eckhart Tolle

Tais-toi et marche…(2002), Théodore Monod

Petit traité de vie intérieure (2010), Frédéric Lenoir

L’art de la méditation (2010), Matthieu Ricard

Dans les forêts de Sibérie (2010), Sylvain Tesson

Immortelle randonnée. Compostelle malgré moi (2013), Jean-Christophe Rufin

A lire aussi : 

« Un peu de vacance(s) ? » : article  sur le thème du repos

‘Before we can be with others, first learn to be alone ‘

« Solitude, esseulement, isolement » par Hanna Harendt

« Marcher avec les philosophes », Hors-série de Philosophie magazine. Marcher avec les philosophes et se demander avec eux où, comment et pourquoi, nous aimons tant la marche.

« Cuisiner c’est méditer », Dana Velden, Editions First

A écouter :

Eloge de la solitude (France Culture, Podcast)

L’introspection (France Culture, Podcast)

Alors, déconnectons vraiment et retrouvons notre « moi » pendant cette période précieuse des vacances ! Et qui sait, peut-être prendrez-vous le goût hors vacances de poursuivre ce chemin ?

« S’arrêter
Respirer
Observer
Ressentir »

 

Vidéos pédagogiques sur la Veille

Les étudiants du Master IECS IAE Poitiers (Intelligence Economique et Communication stratégique) ont réalisé des vidéos liées à la sécurité économique et à la protection de l’information.

Le but est d’aller à l’essentiel sur un format court (moins de 3 minutes) pour avoir une première approche du thème présenté. Les vidéos intéresseront particulièrement les étudiants mais aussi les entreprises, notamment celles sur la sécurité économique et les salons professionnels.

Ainsi, 7 vidéos sont déjà en ligne sur la chaine Youtube de l’IAE. Parmi celles-ci, les 4 vidéos présentées ci-dessous sont parmi les plus intéressantes.

Restez en alerte sur la chaine de l’IAE !

  • Comment réagir à une diffamation sur le web

  • La veille au service de la sécurité économique ou l’art d’anticiper et parer les futures attaques

  • Comment lutter contre la routine grâce au rapport d’étonnement

  • Comment protéger l’information sur les salons professionnels

Compte rendu de la Journée de la Veille 2017

La thématique cette année de JVeille était sur l’intelligence collective territoriale avec l’exemple des clusters en France et en Suisse.

Comment assurer un niveau d’analyse de l’information à la fois collectif et suffisamment stratégique ? Quelles sources, quels outils privilégier ? Comment organiser la diffusion des résultats ? Comment sensibiliser les entreprises à avoir le réflexe de partager les informations ? Toutes ces problématiques auront été ainsi abordées le jour J par les intervenants et les échanges avec les participants.

Une des présentations les plus intéressantes de cette Journée. L’intelligence territoriale a pour objet de coordonner le développement durable des territoires et dont les communautés territoriales sont les sujets. C’est une intelligence collective qui se fonde sur l’interaction entre chaque être humain et son environnement et sur les relations entre les personnes.

Mais tout d’abord redéfinissons-en les principaux concepts : On ne dit pas UN territoire mais DES territoires étant donné la complexité et la diversité qu’ils requièrent :

  • Territoires juridiques, de pensées, réels = Territoires possibles
  • Les données : nationales, locales, classique, nouvelles données (Bla Bla Car, Uber…)
  • Acteurs territoriaux : Monde associatif, Collectivités, Etat, Universités, Structures économiques = qui remplissent des missions de service public.

Ainsi, un des objectifs est de faire émerger toutes les Intelligences en synergie se fondant sur l’intéraction entre chaque homme.

Mais attention à l’infobésité qui concerne les usagers accueillis par des acteurs territoriaux (produire des justifications – Boulimie des structures à collecter de la donnée…) mais aussi par notre production de quantités d’informations (ne pas recroiser les sources donc re-collecter l’information, adage « Trop d’info, tue l’info »).

Réseau qui soutient l’économie de l’Arc jurassien franco-suisse avec une forte composante industrielle et dont les intérêts économiques doivent être valorisés. Un des objectifs importants est de renforcer le maillage et la culture de collaboration entre les acteurs franco-suisses et dépasser l’effet frontière.

 

Cluster filière au service du luxe. La colonne vertébrale du réseau sont les donneurs d’ordre travaillant en étroite collaboration avec les géants du luxe.

Premièrement, la dynamique du cluster est basée sur le collectif et la mise en confiance entre les membres. Se voir comme des entreprises qui trouvent ensemble des synergies et non comme des concurrents. Ensuite, les échanges entre membres sont fructueux et constituent un volet important d’une veille réseaux. La veille (salons, conférences, visites, réunions) est principalement impalpable et verbale et il est nécessaire de sensibiliser les entreprises à partager des informations qui, à partir de signaux faibles pourraient devenir stratégiques.

 

Clusters orientés marchés à l’intérieur du pôle des Microtechniques.

Focus sur la Veille pour les clusters :

Pierre Vivien a bien posé le problème que bon nombre de prestataires ont aussi avec leurs clients sur la définition des besoins / axes de veille. Ceux-ci peuvent être faussés entre ce que les clients disent à un instant T (ressenti) et ce qu’ils veulent vraiment. D’où l’importance de faire plusieurs réunions pour recadrer les axes. définir des axes de veille sur du ressenti donné par le client. Ainsi, la présentation était très intéressante et sans langue de bois de la part de l’intervenant, constat que l’on n’a plus trop l’habitude de voir dans les conférences.

La société CentreDoc a présenté son parcours dans le savoir-faire de la veille stratégique.

Années 60 : Exploitation des données. « Posséder » / Tout papier

Années 90 : Accéder à l’information. Centrale d’achat de savoirs

Années 2000 : Analyser l’information. Tirer une vision stratégique des données. Création de leur outil de veille, RAPID

Années 2010 : Analyser + Trier l’information. Nécessité de se doter d’outils de traitement de l’information.

Années 2020 : Mettre en relation et « Big Data »

Il était intéressant de suivre le cycle de vie de la société et de voir quelles auront été leurs priorités à l’heure des choix technologiques et innovants.

 

Résultats du suivi de l’étude de marché sur l’identification des pratiques et des besoins des entreprises et des organismes de soutien aux entreprises en matière de veille. Les entretiens qualitatifs sont en cours en réalisation.

Voici mes principaux constats de cette journée :

    1.  L’Intelligence territoriale doit continuer d’être coordonnée par des professionnels de l’information pour faciliter les échanges entre les membres d’un réseau.
    2. Analyse des besoins / axes de veille : rédéfinir quotidiennement avec les entreprises leurs « réels » besoins en terme de veille et requalifier les demandes.
    3. Ne pas penser en terme de concurrence pour un réseau mais avancer main dans la main pour animer une filière d’excellence et de savoir-faire. Il faut ainsi sensibiliser les entreprises à savoir donner, partager les informations et réduire l’adage « l’information c’est le pouvoir » . En somme, favoriser un maximum l’intelligence collective.
    4. Veille réseau : besoin d’assurer un mode de transmission d’information type bottom- up au sein des organisations.

Animation de communautés / Veille / Sciences de l'Information