La classe inversée

Une méthode d’enseignement au service des activités d’apprentissage

 

Classe inversée
Source : http://www.classeinversee.com/

 

Historique de la classe inversée :

Cette semaine, dans le cadre de l’Université Savoie-Mont-Blanc, eut lieu pour les équipes enseignantes un atelier consacré à la classe inversée qui avait un double objectif. Le premier était d’avoir une description des caractéristiques générales de ce modèle. Le second était de nous donner une méthode et des moyens de construire une inversion de classe adaptée à son contexte d’enseignement sans modifier (ajouts) d’heures de cours.

Ainsi, le Conseiller pédagogique, Jean-Louis Ferrarini est rentré ainsi dans le vif du sujet quelques semaines avant l’atelier en nous envoyant un lien nous menant vers une de ses vidéos d’explication de l’histoire de la classe inversée.

Ainsi, les premières expériences ont été conduites par Eric Mazur dès les années 1990. Le terme  d’inversion de classe (classroomflip) apparaît en 2000 avec John Baker pour décrire la stratégie pédagogique se traduisant par la transmission  à distance  des  concepts d’un cours, associée au travail d’appropriation de ces concepts en classe. Pour en savoir plus sur l’historique vous pouvez visionner la vidéo d’introduction de Jean-Louis Ferrarini que nous avons reçu en amont.

Les types de classe inversée :

Deux types existent. Celui qui me concerne plus précisément est le type 1. Chaque chose en son temps en effet avant de passer au niveau 2 !

Le « type 1 » :

  • A distance :  Apprendre, faire des liens, mémoriser, synthétiser. Préparer des questions en amont.
  • En présence : Consolider les acquis, réinvestissement des connaissances

Ci-joint un schéma descriptif de comparaison de ces deux types (cliquez dessus pour agrandir).

 

Classe inversée
Source : Eduscol

 

Les étapes de l’inversion :

1. Analyse du contexte :

– Voir en interne s’il y a une possibilité de support technique. ANTICIPEZ !

– Analyser le profil des étudiants : à analyser dès le départ

– Voir le volume horaire par rapport à sa discipline : Il y a plus de facilité de faire une classe inversée si les cours sont globalement toutes les deux semaines plutôt que 6h dans une journée. Ainsi, il est très important de communiquer en amont avec le directeur de la discipline pour la répartition des horaires.

– Visualiser les lieux d’enseignement : salles, amphis…

– Règlement des études : temps de travail à répartir en présentiel et à l’extérieur. Pour info, « dans la plupart des cas, la charge de travail d’un étudiant est de 1500 à 1800 heures pour une année académique, la valeur d’un crédit ECTS représentant 25 à 30 heures de travail » (Source : Guide d’utilisation de la Communauté Européenne, 2015). Le crédit ECTS est ainsi proportionnel au volume de travail à fournir par l’étudiant et permettent de mesurer le niveau atteint.

2. Préparation :

– Organiser les savoirs : Inventorier les notions essentielles et se demander lesquelles seront transmises en distanciel. Ainsi, une bonne recherche documentaire est à faire en amont. Par manque de temps vous pouvez également demander de l’aide à un employé du centre de documentation / bibliothèque de l’université, école.

– Rédiger les objectifs spécifiques associés à chaque notion

– Préparer le contrat didactique à l’attention des élèves : en gros, vous allez réussir si vous suivez bien les directives

– Réfléchir aux activités des étudiants entre le présentiel et le distanciel

– Anticiper l’accompagnement et le feedback, surtout si un élève est perdu avec ce type de concept.

– Planifier et préparer les supports pour les notions traitées en classe. A savoir : 1 notion = 1 vidéo. Une seule notion par ressource pour ne pas risquer de perdre l’attention des élèves en cours de route !

3. Mise en oeuvre en classe

– Préparer des apports théoriques ou pas.

– Préparer des activités type quizz, études de cas, résolution de problèmes.

– Prévoir une diversité d’exercices : travaux, exposés, jeux de rôles pour continuer de capter l’attention des élèves.

Voici enfin les objectifs de la classe inversée avec la classification des niveaux d’acquisition des connaissances en présentiel et distanciel (Taxonomie de Bloom / Anderson et al)

Classe inversée
Source : Eduscol / http://eduscol.education.fr/

 

Autres idées collectées lors de cet atelier :
  • Dans les consignes, dirigez les esprits des élèves entre les lectures obligatoires et les liens optionnels. Les ressources documentaires sont très importantes à collecter et à structurer dans la phase de partage des informations en amont du premier cours présentiel. En effet, les élèves doivent avoir des présentations incontournables, synthétiques qui leur permettront d’avancer depuis chez eux. S’il y a plusieurs niveaux dans les classes, surtout s’ils n’ont pas les mêmes formations,  vous pouvez tout à fait penser à ceux qui risqueraient de s’ennuyer et leur donner des liens optionnels. « pour aller plus loin ».

 

  • Lors de l’envoi de vidéos réalisées par l’intervenant, ne pas hésitez pas à ajouter des quizz en dessous des liens (avec le moodle de l’université, un google form par exemple, ce qui incitera davantage les élèves à les visionner ! On créé alors une obligation mais bon, on les connait bien nos élèves 🙂

 

  • Pour les Quizz en classe, si vous n’avez pas accès à des applications telles que Plickers (voir les outils plus bas), vous pouvez demander aux élèves de lever la main en se cachant les yeux pour éviter de se regarder entre eux. Système rudimentaire mais qui fonctionne.

 

  • Ne pas utiliser trop d’outils : « trop d’innovation, tue l’innovation » comme le dit Jean-Louis Ferrarini. Au contraire, il faut avancer pas à pas, s’approprier le peu d’outils dont on dispose au début et l’expérience fera le reste.

 

La méthode de « classe inversée » relève ainsi d’une « pédagogie universitaire numérique »  qui est au cœur de l’actualité universitaire dep ces dernières années mais on peut tout à fait l’utiliser en collège ou lycée. J’ai hâte de pouvoir utiliser à bon escient toutes ses caractéristiques 🙂

Enfin, lors de cet atelier j’ai découvert le concept de « classe renversée » où les étudiants font cours à leurs camarades. C’est une sorte de classe inversée poussée à l’extrême. Etonnant non ? Plus d’info ici ou .

Ressources Vidéos :

Retour d’expériences et perceptions des étudiants sur l’usage conjoint des vidéos, screencast et télévoteurs / Jean-Louis Ferrarini (2014)

Classe inversée : mesures des perceptions étudiantes et de l’impact sur l’apprentissage / Jean-Louis Ferrarini, Sassia (2015)

Lectures :

La classe inversée (CANOPE 2016) : sélection de ressources disponibles dans le réseau Canopé.

La taxonomie dans un enseignement digital (2018)

Outils :

Outils vidéos sur ordinateurs : Powerpoint : fonction screencast (export vidéo) / Office Mix (complément à Powerpoint 2013)

Padlet (payant au-delà des trois premiers Padlets) :  permet de créer et de partager un mur de messages, un tableau blanc virtuel avec les élèves

Alternatives à Padlet : Lino, Netboard…

Plickers : QCM interactifs et cartons de vote

Création de questionnaires en ligne : Moodle, Google Form, Socrative, Speakup, Quizzyourself, Survey Monkey…

Enfin, une petite citation inspirante pour conclure :

« C’est une lapalissade que d’affirmer que ce n’est pas ce qui sort de la bouche de l’enseignant qui compte mais ce qui entre dans le cerveau de l’étudiant (Alwin, 1996) et, pourtant c’est bon de se le répéter pour bien s’en convaincre ». LANGEVIN L. L’exposé interactif, un exposé centré sur l’apprentissage des étudiants in MENARD L, ST-PIERRE C. Se former à la pédagogie de l’enseignement supérieur

Une réflexion sur « La classe inversée »

  1. Bonjour
    Merci d’avoir mentionné Quizzyourself 🙂
    Qys2.com/demoqys
    Évaluations sondages votés ou tutos
    Utilisable en live ou en ligne sans appli
    Inscription et usage gratuits.
    Merci de nous faire retour de vos utilisations pour améliorer encore le logiciel!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.