Quand une ONG utilise les trolls pour appeler à plus de solidarité

L’ONG de soutien humanitaire Solidarités International a lancé ce lundi 14 mai une campagne de communication pour lutter contre les messages haineux dont elle est la cible sur les réseaux sociaux.

 

Utilisation des trolls pour sensibiliser :

Ainsi, l’association, victime de haine sur les réseaux sociaux et de « trolls » a contrebalancé cette situation en utilisant ces messages pour lancer un appel à la solidarité.

Un message de sensibilisation pour supprimer tous ces messages de haine. Passer d’un contenu négatif en une force pour savoir rebondir avec une campagne de communication de poids. Tels sont les messages que l’ONG souhaite véhiculer et c’est bien pensé.

Moyens utilisés :

  • Une campagne d’affichage (3 affiches) sur les réseaux sociaux avec le #RepondonsSolidarite

Campagne d'affichage de Solidarités International

  • Un manifeste à signer : Manifeste de Solidarités International

 

  • Une possibilité d’enregistrer une vidéo personnelle avec le message « La première réponse à la souffrance humaine doit être la solidarité ! » en la relayant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #RepondonsSolidarite.

 

  • Envoi de messages positifs et solidaires aux équipes humanitaires et au personnel de l’ONG avec une mise en ligne « direct » des réactions de soutien (photos, vidéos) sur le site officiel.

Mise en ligne de vidéos

  • Appel aux influenceurs de tout milieu pour enregistrement et diffusion de vidéos (Hugo Clément, Féfé, Nikos Aliagas..).

Appel aux influenceurs

  • Une vidéo de 30 secondes maxi de l’association au message fort : « À toutes celles et ceux qui nous adressent des messages de haine sur les réseaux sociaux, si vous vous retrouvez un jour à la place de ces gens que nous aidons, soyez bien sûr d’une chose, nous ferons tout notre possible pour vous venir en aide ».

Bref, cette campagne me fait penser aux nombreux trolls que je côtoie souvent dans le cadre de mes fonctions pour des associations. Il faut ainsi toujours se mettre à la place du « hateur », comprendre ses motivations et ses revendications, continuer de sensibiliser sans jamais tomber dans le piège des insultes en retour. C’est ce qu’ils attendent justement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *