Archives par mot-clé : animation

Le guide de l’animateur pour gérer ses communautés

Qu’est-ce qu’un groupe collaboratif ? Qu’est-ce que l’animation de communautés ? Comment faciliter l’entraide, les échanges, les projets collectifs ? Comment animer une communauté alors que vous manquez de temps ? Quel type d’information doit-on partager, avec qui et sur quels outils ?

 

Illustration extraite du « Guide de l’animateur » de Jean-Michel Cornu

 

Toutes ces questions font partie du guide pratique d’autoformation écrit par Jean-Michel Cornu et qui vous accompagne pas à pas dans la mise en place ou la réorganisation d’une communauté, puis dans son animation. Le guide fournit également beaucoup d’exemples, des liens à aller visiter ainsi que des exercices individuels à faire pour avancer pas à pas dans la gestion d’animation d’une communauté.

Ci-joint un bref aperçu du sommaire :

 

Le guide est à retrouver ici.  Vous pouvez également trouver le même guide au format papier.

Jean-Michel Cornu est expert en intelligence collective et propose ainsi une méthode pour comprendre et maîtriser le fonctionnement des communautés.

Vous pouvez retrouver d’autres astuces de gestion d’une communauté sur son blog qu’il met régulièrement à jour.

Sur le thème de l’animation d’une communauté je vous invite à lire l’article que j’avais posté sur le fait qu’un outil ne créé pas une communauté. Le guide de Jean-Michel Cornu va également dans ce sens. Pensez humain au lieu de technologie pour espérer voir une dynamique s’installer !.

Le web 2.0, une révolution de la communication des ONG ?

 
  • Objectifs généraux de la communication des ONG
  • Différentes stratégies de communication digitale : exemples d’ONG utilisant un message de sensibilisation, un message choquant ou bien un message utilisant l’humour.
  • Point sur le web participatif : les médias sociaux peuvent trouver toute leur place dans la mise en place de stratégies de collectes de fonds (plateformes de fundraising, application smart-phones..)
  • Actions ponctuelles et ciblées : exemples de campagnes ciblées sur le net, conduites par des ONG : logobusting, parodies de pub…
  • Limites du Web 2.0 : une stratégie digitale de communication  peut-elle modifier les comportements des internautes et les pousser à l’engagement et aux dons en ligne.

http://fr.slideshare.net/AgenceSTJOHNS/post-15156538 (Novembre 2012)

Pour celles et ceux qui travailleraient au sein d’une ONG et plus précisément sur les thématiques de la communication, ce document est intéressant à feuilleter de part son approche générique des différentes stratégies de communication digitale.

 

L’animation d’un Speed Business Meeting : méthode, moyens et limites

Vous trouverez ci-joint un mémo réalisé sur le Speed Business Meeting. Il m’aide dans l’animation quotidienne des rendez-vous de Networking.

 

 

 

Méthode, moyens et limites

Le premier objectif d’un Speed Business Meeting est de faire du réseau. Ce concept permet de se présenter succinctement à un maximum d’interlocuteurs afin de générer des contacts, saisir des opportunités d’affaires, partager des expériences, le tout dans une ambiance décontractée.

Les entreprises que je suis sont friandes de cette technique d’animation. Pour qu’elles soient pleinement satisfaites à la sortie du Speed, quelques règles sont à suivre en amont du Rendez-vous. Mais avant de rentrer plus dans les détails de logistique et de moyens, revenons sur le concept même du Speed Business Meeting.

Vous l’aurez peut-être compris, cette technique d’animation vient du concept du Speed Business Dating pour célibataires. Il a ensuite été déployé pour la communication d’entreprise. Des groupes de 5 à 10 personnes ( le nombre peut varier en fonction de la taille de l’assistance) sont ainsi constitués dans lesquels chacun a l’occasion de se présenter et de distribuer ses cartes de visite. Dans le cadre d’Ecobiz les personnes ont une minute pour s’exprimer à l’ensemble du groupe. 5 secondes sont ensuite nécessaires pour que la personne (ou numéro 1) donne une carte de visite à tout le groupe. Le numéro 2 enchainera, ainsi de suite jusqu’au dernier participant du groupe.

Il sera nécessaire au participant de préparer en amont une rencontre de Networking. Par la suite chacun des participants devra traiter les informations récoltées à la fin de la rencontre :

AVANT une rencontre de Networking

  • Préparez son entretien : mots clés qui décrivent votre savoir faire,  état d’esprit et vos besoins. Surtout, ne pas apprendre par cœur son discours !
  • Se chronométrer : apprendre à se présenter en soixante secondes. Le but est de résumer son activité en 1 minute et d’aller au plus important. Le participant pourra par la suite développer en amont son projet professionnel à la suite du Speed Business Meeting.
  • Checker son profil sur les réseaux sociaux et actualiser si besoin
  • Ne pas oublier les cartes de visite (en quantité suffisante ! ), stylo et support pour prises de notes : j’insiste sur ce point car nombreux sont ceux qui oublient ou qui apportent un stock limité de cartes de visite. Selon l’événement et les rotations, les entreprises peuvent rencontrer entre une vingtaine et trentaine d’interlocuteurs et le stock s’épuise vite !
  • Venir à l’heure ! : en effet, pour des raisons logistiques un participant en retard ne pourra pas intégrer un groupe.  Pour la Haute-Savoie attention au quart d’heure savoyard….si si on le constate !

PENDANT une rencontre de Networking

  • Soyez curieux et ouvert
  • Présentez-vous en balayant bien du regard l’ensemble du groupe
  • Mémoriser les participants de son (ses) groupe(s) par des mots clés, des annotations et tout élément qui vous permettra par la suite de la visualiser et de ré-engager la conversation en dehors du SBM : une réaction à chaud est essentielle
  • Soyez concis : définissez clairement votre fil conducteur : ce que vous recherchez, ce que vous proposez, à qui, pourquoi et comment ? Une autre question importante à se poser face à l’interlocuteur : « y a-t-il un endroit où nos intérêts respectifs sont susceptibles de se rencontrer? et si oui comment ?
  • Parler distinctement pour être entendu de tout son groupe : avoir à l’esprit que d’autres engagent en même temps la conversation dans d’autres groupes et cela peut vite devenir une cacophonie

APRES une rencontre de Networking

  • Ajouter dans vos réseaux sociaux type Linkedin ou Viadéo les profils qui vous ont semblé intéressants par rapport à votre activité mais aussi très important par rapport au feeling
  • Ne pas hésiter à rencontrer certains participants en dehors du cercle mais attendez quelques jours avant de pouvoir prendre contact
  • Faire un court debrief de sa présentation et trouver si besoin les améliorations qui seront utiles pour un prochain Speed (notamment sur les techniques de communication et l’aisance à l’oral).
  • Il est important de peaufiner un nouveaux discours avant chaque rendez-vous. Il serait dommage de réutiliser le même pour chaque rencontre car de nouveaux besoins peuvent apparaître d’un événement à l’autre.

L’animateur a également un rôle crucial à jouer dans la mise en place du Speed Business Meeting. Nous verrons ici la logistique et les éléments employés pour que tout puisse se dérouler sans souci le jour J :

 Constitution des groupes :  1 rotation = un groupe. A la fin d’une rotation un roulement se fait dans la salle et de nouveaux groupes sont constitués.

  • De 0 à 10 personnes : 2 rotations de 20 minutes
  • >10 : 1 groupe de 4 + 1 groupe de 5 : 2 rotations de 20 minutes
  • De 25 à 50 personnes : 5 groupes de 5 : 3 rotations de 20 minutes

La constitution des groupes se fera par rapport aux profils d’activités des entreprises mais également à leurs besoins clairement exprimés : recherche de partenaires, besoin d’un porteur de projet de rencontrer une jeune entreprise pour avoir des astuces, conseils et mises en garde, un industriel souhaitant rencontrer un fournisseur. Penser aux pastilles et gommettes de couleurs à donner aux participants par rapport à leurs profils.

Horaires du Speed Business Meeting : 2 choix :
Le matin juste avant le début d’une intervention (entre 8h30 et 8h45) : prévoir une arrivée tardive des inscrits ( cf quart d’heure savoyard vu précédemment) SOIT à la fin d’une présentation afin de permettre aux participants de la réunion de partir tranquillement s’ils ne sont pas intéressés par le Speed.

Choix du lieu : Tout dépend du type d’animation et du nombre d’inscrits. Prévoir un % de pertes / par rapport aux choix de la salle. Le choix de la salle pourra ainsi se faire une semaine avant le Speed, date à laquelle les inscriptions seront closes.

Assistance : Le jour J, l’animateur devra s’aider au minimum de 2 personnes (internes à l’entreprise) pour constituer rapidement les groupes et faire les changements de rotation si besoin.

Matériel : Prévoir un ou plusieurs micros, sono pour se faire entendre de tous. Il faut bien évidemment tester le matériel en amont du Speed Business Meeting. L’animateur est le seul garant du timing : prévoir de chronométrer.

Le timing : si le temps imparti est dépassé (en raison du retard d’arrivée des inscrits ou dans la constitution des groupes) on peut supprimer une rotation. Ne pas empiéter sur le temps consacré à la conférence ou réunion qui suivra.

Limites

  • Assister à ces rencontres réseaux dans une optique personnelle et non pour partager. Les participants sentent les réticences de certains à ne pas se dévoiler. Ne pas oublier que la première impression que l’on fait à autrui est essentielle… Un essoufflement est souvent à déplorer. En effet, le risque est de vouloir trop en organiser et lorsque le filon fonctionne bien on a trop tendance à en abuser. Espacer les rencontres ! Une fois par mois est un bon ratio en sachant qu’en dehors du Speed vous aurez d’autres soirées réseaux.
  • Compter uniquement sur le même vivier de participants : en effet, une fois que nous avons rencontré les mêmes personnes à différents Speed il est compréhensible de ne plus vouloir participer.
  • Des profils trop homogènes : combien de fois j’ai eu des remarques de personnes me disant qu’ils rencontraient toujours le même profil de membres… La limite du Speed prend ici tout son sens  : trop de porteurs de projet, pas assez d’entreprises du monde de l’industrie, trop de consultants, pas assez de profils aux compétences techniques. Prendre un ratio égal de profils d’activités.
  • La confidentialité : en effet, de nombreux participants n’osent pas se dévoiler en raison de la confidentialité / secteur d’activité.  Certaines PME ont encore besoin d’améliorer leurs rapports face au networking. Différence avec les Etats-Unis par exemple ? « Là où les Latins ont davantage tendance à protéger leurs idées, dans la Silicon Valley, ce n’’est pas l’idée qui a de la valeur – on peut la partager – mais sa concrétisation » (Jean Rauscher, directeur général d’Yseop ( cf Liens ci-dessous)

Une rencontre de type Speed Business Meeting aura plus de succès  si la cible est éclectique. Les porteurs de projets, créateurs et jeunes entreprises sont les profils qui y participent le plus volontiers. Raison qui explique pourquoi on voit très souvent des événements réseaux organisés en Chambre de Commerce. Il est plus difficile de faire venir les industriels. Ceux-ci trouveront plus d’intérêt dans les clubs sectoriels.

Pour ma part,  je préfère networker autrement. Premièrement cela fait trop « procédure » : 1 minute, 3 top chrono, exposer son discours, donner sa carte et passer la parole à son voisin. Des échanges sont tout autant enrichissants à travers des réunions, salons, colloques, tables rondes et même TGV. Chacun y trouvera son compte, tout dépend de ce que l’on cherche et surtout de notre personnalité. Les grands timides ont besoin « d’être poussés » à networking et ce type d’animation leur conviendra parfaitement.

 

Quelques liens :

Networking Groups for Businesses

Speed Business Meetings® : stimulez les prises de contact entre membres !

French Tech Tour : savoir tirer profit des soirées de Networking

Synthèse de la 8ème Journée franco-suisse sur la Veille stratégique et l’Intelligence Economique

Suite à la 8ème Journée franco-suisse de la Veille stratégique et de l’Intelligence Economique qui s’est tenue le 16 juin dernier à Neûchatel, vous trouverez ici une brève synthèse de la Journée en attendant un compte-rendu plus complet à paraître prochainement dans le magazine RESSI.

La journée avait pour thème cette année :
« La dimension humaine de l’intelligence économique : Valeurs, organisation, réseaux et influence « 

Elle s’est articulée autour des axes suivants au travers des témoignages d’entreprises suisses et françaises:

    – Comment identifier et utiliser, à l’externe, les personnes ou les réseaux d’influence qui peuvent s’avérer des facteurs décisifs pour remporter des marchés?
    – Comment constituer un réseau humain de veille à l’interne?
    – Quelles méthodes appliquer pour motiver les collaborateurs à la veille?
    – Quelles résistances vaincre?
    – Comment partager l’information en vue de préparer les meilleures décisions?

Outre la synthèse, vous trouverez également certaines des présentations des intervenants du jour J.

Regards croisés sur la Veille – Livre blanc collaboratif

Hier est sorti un livre blanc collaboratif dédié exclusivement à la veille et la recherche d’informations. L’objectif est d’apporter un regard et des méthodologies et sur la pratique de la Veille dans divers métiers, le tout agrémenté d’interviews de professionnels.

Je ne peux que vous conseiller cette lecture d’été, enfin peut-être pas sur la plage mais après vous faites comme vous voulez ^^

J’ai été ravie de participer à ce beau projet 🙂 J’en profite pour dire un grand MERCI à l’équipe coordinatrice, à savoir Anne Laure Raffestin, Camille Alloing (merci de m’avoir sollicitée pour m’exprimer sur les actions de sensibilisation !) , Flavien Chantrel (merci pour ta réactivité et ta disponibilité tout au long de l’ébauche) et Terry Zimmer qui ont pris du temps pour voir aboutir ce beau projet d’e-book collaboratif.

Si vous avez besoin de plus d’éléments liés à la sensibilisation et aux actions liées à la veille et à l’animation de communautés n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail 🙂

Sommaire :
1 Les notions et outils de bases
2 Pas de veille sans humains : du spécialiste au tous veilleurs ?
3 Les notions et outils avancés
4 La veille pour les travailleurs du web
5 Enjeux et perspectives d’avenir

Support d’intervention : « Animation d’une Communauté de Veille »

Voici ma présentation faite en octobre dernier aux étudiants de l’IUT Information-Communication de Besançon. Tiens je profite pour mettre en lien l’adresse de leur blog récemment mis en ligne 🙂

L’objectif était de leur parler de mon activité en tant qu’animatrice réseau pour Haute-Savoie Ecobiz.
Pour cela, deux axes :

L’animation physique à travers les petit-déjeuners. Pour cela j’ai défini 4 verbes clés me servant à m’orienter dans l’organisation de chacun des événements : PREPARER, ANNONCER, ANIMER, RESEAUTER

L’animation virtuelle via la plateforme web et l’interaction qui en découle face au réseau physique.

En seconde partie j’aborde les nouveaux métiers envisageables aujourd’hui pour un professionnel de l’Information, à savoir l’E-Réputation et et le Community Management.

Je fais juste en introduction un bref aparté sur mes expériences professionnelles et formations effectuées pour se faire une idée de parcours menant après un DUT en Information Communication.

Comme toujours, cela est très gratifiant de pouvoir transmettre son savoir, de donner aux étudiants des astuces et conseils utiles pour la suite de leurs parcours.
Ces interventions nous amènent également à nous repositionner et à vouloir sans cesse apprendre pour mieux transmettre. Et quoi de mieux que de susciter de l’intérêt chez les étudiants, cible qui selon moi est toujours bien agréable en complément d’un public de PME.

La propriété intellectuelle en 5 actes

Animant prochainement un Rendez-vous sur le brevet, j’ai trouvé utile de parler ici d’une série documentaire que je me suis procurée et qui traite de l’innovation de façon ludique mais sur un objectif bien pédagogique.

Intitutée « La propriété intellectuelle en 5 actes », cette série (coproduite par l’Université Nancy 2, la DRIRE et l’ INPI avec le soutien de la Région Lorraine) est destinée à développer la culture de la propriété intellectuelle. L’intérêt essentiel est de présenter, sous une forme délibérément ludique quelques éléments fondamentaux du droit des brevets, des marques, du logiciel ou du droit d’auteur.







Ce DVD s’adresse aussi bien à des étudiants qu’à des PME, l’enjeu étant d’alerter surtout ces derniers des conditions nécessaires de brevetabilité.
Je vais moi-même passer ce dvd lors de ce Rendez-vous. Les adhérents aiment les cours montages vidéos ou audio ce qui leur permet d’être plus attentifs et participatifs lors du débriefing.
Les techniques d’animation doivent bien s’alterner entre les différents modes de communication et ne surtout pas se focaliser sur des présentations type powerpoint parfois indigestes, lourdes et qui favorisent une passivité des participants.
Il faut pour un thème donné bien réfléchir sur la dynamique et l’orientation voulue du format de contenu.

Sommaire du DVD :
Les enjeux de la propriété intellectuelle

• Le point de vue des chercheurs
• Le point de vue des entreprises

La propriété intellectuelle en 5 actes

• Marche tranquille (Les brevets)
• Mazda or not Mazeda (Les marques)
• Distorsions (Dessins et modèles; droits d’auteurs)
• La tête de l’emploi (Le logiciel)
• Vite fait bien fait (Audiovisuel et multimédia)

Durée totale de la série vidéo : 1h 15mn 30sec

Un outil ne crée pas une communauté

Animatrice de 4 communautés à destination de PME-PMI, je me heurte trop souvent à des discours me soutenant que l’animateur de réseaux est le garant essentiel et l’acteur central de la communauté.

Or, une communauté ne vivra et ne sera pérenne que si la plateforme est développée et « boostée » par les adhérents eux-mêmes. Ceux-ci fonctionnent trop dans une logique passive, partages et échanges sont réduits.

Pourquoi selon moi y a-t-il ce constat de manque de dynamisme?

– Les adhérents ne se connaissent pas. La stratégie globale du projet est ici à prendre en compte. Deux choix : regrouper plusieurs clubs existants / secteur qui ont déjà une dynamique d’animation où les adhérents se connaissent bien en raison de la taille réduite du réseau et de la spécificité du secteur. Ou faire le choix de créer un réseau d’adhérents aux statuts et secteurs différents en se disant que la dynamique finira par prendre.
Un outil ne crée pas de communauté mais rassemble des groupes de personnes préalablement constitués. Il propose des méthodes et des règles pouvant aider ces groupes à se constituer mais il ne pourra jamais créer des synergies entre adhérents. Comment peut-on imaginer qu’une communauté puisse fonctionner avec des gens qui ne se connaissent pas et qui doivent du jour au lendemain partager opinions, expériences et informations ?

– Une logique de dynamique insufflée directement par les adhérents doit être menée à l’intérieur du réseau au détriment d’une logique passive.  L’outil doit être fait PAR eux et non pour eux. Tout en s’effaçant l’animateur doit amener les adhérents à prendre un rôle direct et actif.
La modération ne doit pas être excessive, surtout au niveau du forum car ici les adhérents y ont ici un espace qui leur est entièrement dédié. Les oppositions d’idées, débats sont à creuser. L’animateur peut ainsi lancer un débat ce qui favorisera les divergences d’opinions et amènera ainsi plus de trafic.
Les adhérents doivent participer à la stratégie de dynamique de réseau. Ils en sont les acteurs principaux, et doivent donc prendre part aux évolutions techniques du site et du projet dans son ensemble. Il faudra les convier par exemple à des ateliers brainstorming ou matinées réseaux.
Je reviendrai plus tard sur la dynamique de réseau car la question mérite à elle seule un nouveau billet :-).

– Outre une méconnaissance entre adhérents, un des problèmes constaté est la taille du réseau. Il faut ici également faire le choix de privilégier le quantitatif et faire adhérer le plus grand nombre. L’autre choix sera de partir d’un noyau dur d’adhérents et de le développer petit à petit en privilégiant la qualité.

 

La taille n’est pas synonyme de dynamisme. Il faut partir d’un noyau dur, prendre le temps de connaître les adhérents et leurs besoins. Par la suite, on pourra développer les échanges, créer une dynamique. Puis si le réseau prend, l’étendre petit à petit. L’effet de bouche à oreille prendra si le réseau fonctionne bien et les adhésions devront venir des adhérents eux-mêmes et non du prestataire de la plateforme. Certains réseaux professionnels attendent 1 an avant de pouvoir augmenter leurs adhésions, le temps de connaître les profils des adhérents.

– La taille du réseau soulève une interrogation.  Doit-on attendre que les adhérents expriment le besoin de rentrer dans la communauté ou bien doit-on les inscrire systématiquement ?
Un vrai besoin exprimé par l’entreprise favorisera plus tard son implication sur la plateforme.  Il faudra bien définir sa stratégie de ciblage / communication.

En conclusion, je dirai qu’il faut savoir prendre conscience qu’une dynamique de réseau ne se fait pas instantanément.  Il faut savoir revenir sans cesse sur le projet.

Voir aussi ci-dessous ces deux bons articles qui expriment leurs opinions quant aux règles de constitution de communauté.
Le community management c’est magique (CaddE Reputation)

Un outil ne crée pas de communauté. Ce n’’est pas parce que l’’on rassemble des personnes dans un espace en ligne qu’’elles formeront une communauté.

Comment choisir de “bonnes” communautés pour votre réseau social d’entreprise ? (Empowerpeople)

Une communauté existe “In Real Life” avant tout. L’’outil sert de facilitateur à des communautés qui existent mais peinent à se trouver et à échanger car il est difficile de savoir qui partage les mêmes centres d’’intérêts et préoccupation que soi dans l’’entreprise