Archives par mot-clé : Veille

Base de connaissances en accès libre sur la Veille stratégique

 

Le blogueur, consultant et formateur Christophe Deschamps (Outils Froids) nous propose dans une base de connaissances une sélection de ses meilleurs articles rédigés au fil des ans depuis 2003. C’est un grand cadeau que nous fait Christophe en nous mettant accès à son expertise et à ses articles en veille stratégique (pour certains, visionnaires).

 

Ainsi, je pense particulièrement à deux articles :  celui de 2006 sur la gestion de la réputation numérique et qui en faisait un des premiers articles sur le sujet dans la blogosphère. Et, celui sur l’intérêt qu’il fallait accorder aux flux RSS en 2003.

Voici la nature des documents que nous pouvons trouver dans la base :

  • Présentations (événementiels type salons, conférences..)
  • Articles de recherche (revues scientifiques ou des ouvrages universitaires)
  • Interviews
  • Billets de blogs
  • Articles divers (notamment des articles publiés dans des revues professionnelles (Archimag, Veille mag et livres blancs).

En tout, un accès libre à plus de 75 documents.

Ainsi, pour les étudiants en Sciences de l’Information c’est un accès libre à une vraie mine d’informations. En parallèle suivre le compte Twitter de Christophe : @crid et son Diigo.

Et pour les professionnels du domaine c’est une bonne occasion de relire et de (re)découvrir des articles pour revenir aux sources.

A lire :  « 75 documents à télécharger dans la base de connaissances d’Outils Froids »

Enfin, sauf indication contraire, ces documents sont en licence Creative Commons CC BY-NC-SA 4.0.

Réinventer la Veille – Dossier Archimag Février 2017 –

Archimag a sorti pour le mois de Février tout un dossier consacré au métier de la veille.  Réinventer la veille, où la nécessité d’une remise en question du métier et de ses pratiques et anticiper sur le devenir de la profession.

Petit focus sur les articles intéressants que vous retrouverez dans le dossier :

Où en est la veille aujourd’hui ?

Le premier article est une interview de Frédéric Martinet (Actulligence) sur le constat du métier : marché des éditeurs historiques, dernières innovation des logiciels, attentes des entreprises et priorités données selon la taille de l’entreprise.

Frédéric aborde également le devenir de la profession et les nouveaux métiers qui découlent de la stratégie d’information. L’accent est désormais mis sur l’analyse des données (business analyst) et sur les aspects statistiques et prédictifs (data science).

Les erreurs faciles à commettre dans son projet de veille

Facile de rater son projet de veille si l’on ne respecte pas quelques règles. Ainsi, Christophe Deschamps (Outils Froids) liste les mauvaises pratiques courantes qui peuvent à coup sûr faire échouer nos recherches et plus globalement nos projets de surveillance. Un listing à garder en mémoire…

Enfin, le dossier présente un article plus concret avec un focus sur la cellule veille du Crédit Agricole. L’équipe est composée d’une équipe de trois chargés de veille et d’un service de dix-sept documentalistes.

Exemple d’utilisation d’un outil sémantique par une ONG

Datavisualisation : cartographier les flux Twitter avec Infomous

Infomous est un outil qui génère des cartographies de mots-clés depuis un flux RSS, un site web ou un réseau social. Les termes les plus cités sont mis en avant visuellement et regroupés en liens sémantiques.

Un clic sur un mot clé permet ainsi d’accéder aux sources, puis d’extraire les informations. De plus, son utilisation personnalisée le rend intéressant.

L’utilisation d’Infomous a été faite de par mon activité avec l’ONG Shark Citizen. En effet, le besoin urgent de capter la communauté des scientifiques sur Twitter se faisant sentir, l’opportunité fut toute trouvée.

Premièrement, la nécessité pour nous était d’avoir une visualisation sémantique de l’information portant sur la veille Twitter. Mais pourquoi Twitter ? Dans le secteur des ONG, le plus grand nombre de professionnels du domaine ont un compte Twitter et l’utilisent quotidiennement.

D’autre part, le second objectif était d’apporter aux membres de l’équipe n’ayant pas Twitter une veille quotidienne. D’autre part, l’équipe étant disséminée (Réunion, métropole, Mayotte), la cartographie aura permis de centraliser l’accès aux informations et d’échanger sur les sources d’informations.

Méthodologie :

149 comptes Twitter ont été analysés. Voici le classement :

  • Les experts en économie marine (économie, quotas de pêche..)
  • Photographie sous-marine (photographes, vidéastes, artistes)
  • Chercheurs en biologie marine (PhD, chercheurs)
  • Les comptes officiels des ONG spécialisées dans la protection des requins
  • Écologistes, activistes influents sur Twitter (comptes personnels de membres d’ONG)

Critères de sélection des comptes Twitter :

  • Personnalités ayant une référence dans le domaine de préservation des requins et des océans ET qui twittent quotidiennement ou régulièrement.

Les 149 comptes ont été ajoutés dans un tableau Excel selon la répartition suivante : une classification (typologie du compte),  répartition des principaux mots-clés et le détenteur du compte (nom et fonction).

J’ai utilisé l’outil http://twitrss.me pour générer un flux RSS à partir des 149 comptes en question et fusionné enfin l’ensemble de ces flux avec l’outil http://www.rssfusion.org.

Vous trouverez la cartographie ci-dessus ou via le lien ci-joint

Ainsi, après quelques semaines, mois d’utilisation voici un petit topo des avantages / inconvénients que j’en retire :

Avantages :

  • Balayer les fils d’actualité Twitter par une approche sémantique : clarté de lecture et approche directe de l’information grâce aux mots-clés.
  • Navigation personnalisée : chacun peut naviguer selon son envie de cacher les termes ou lire un type d’information spécifique (photos, vidéos, articles scientifiques..).
  • Faire sa veille Twitter sans besoin d’avoir de compte : en effet, bien utile pour fédérer une équipe. D’autre part, les membres de l’équipe n’ayant pas de compte peuvent aussi se faire un aperçu de l’outil et pourquoi pas avoir un avis positif par la suite.
  • Partager la cartographie à la communauté des professionnels des ONG : cela apporte une visibilité pour l’association. D’autre part, s’ils utilisent eux-mêmes la cartographie c’est encore mieux.
  • Identifier les tendances à travers les mots clés : tendances des actualités dans le secteur. Par exemple, lors des différents tests les actualités maritimes sur la pêche en eaux profondes étaient particulièrement visibles, ainsi nous savions quoi savoir  diffuser à notre communauté pendant cette période.
  • Gain de temps pour trouver de la matière informationnelle pour diffusion directe à la communauté : bien utile lors d’agendas chargés…

Bémols :

  • L’algorithme de traitement sémantique est prévu pour la langue anglaise. Ici, 90% des flux étaient en anglais, mais il est important de l’avoir en tête pour des projets en français.
  • Temporalité : il est impossible de savoir quand l’outil prend en compte la MAJ des flux ce qui est bien dommage.
  • Temps de chargement de la carte assez long.
  • Utilisation sur la durée : probabilité qu’il devienne payant dans les mois à venir.

Pour finir sur l’outil Infomous je vous invite à lire cet article très intéressant sur le site de Cadde Reputation. La méthodologie y est bien expliquée.

PoleDocumentation : Offres d’emploi dans les métiers de l’information

Aujourd’hui, focus sur la rubrique emploi. Le site diffuse des offres d’emploi et des missions de stage en infocom et métiers de l’information :

  • Documentaliste / Gestionnaire d’information
  • Chargé(e) de veille
  • Community Manager, animation de communauté(s)
  • E-Réputation

Pour consulter les offres, quatre moyens :

– Rejoindre le réseau via la liste de diffusion

– Consulter directement en ligne les offres d’emplois / stage sans passer par la mailing list et directement à cette adresse

– S’abonner au compte Twitter de PoleDocumentation : @Pole_Doc

– Consulter le Netvibes de PoleDocumentation avec l’onglet « info-doc-veille »

Bon courage à toutes celles et ceux en plein recherche d’emploi ou missions de stage. Et si l’envie vous prend d’être bénévole pour le réseau n’hésitez pas à contacter le staff de PoleDocumentation.

La Veille expliquée aux néophytes

Début mars j’ai été sollicitée par Fréquence Écoles, association lyonnaise d’éducation aux médias pour intervenir sur une session de formation sur la recherche d’information. La première partie de cette séance présentait le fonctionnement des moteurs de recherche et l’utilisation des mots-clés pour obtenir des réponses pertinentes. La seconde partie portait sur les outils permettant d’organiser une veille informationnelle.

Le cadre : le public était composé d’éducateurs spécialisés ou de personnes de structures associatives MJC (Maisons des jeunes et de la culture) qui ont besoin de formations pour comprendre les enjeux du numérique, s’approprier les connaissances et faire développer chez les jeunes des compétences numériques solides (et pas seulement les prémunir des dangers du numérique).

L’objectif était donc de redonner de la confiance aux adultes pour mieux comprendre les jeunes mais aussi l’outil Internet. Ils ne se sentent pas à l’aise avec les outils de recherche et sous-estiment leurs capacités à comprendre et utiliser ces moyens numériques. Trop d’idées fausses également : Internet est « hors la loi » (téléchargement illégal, diffamation via les réseaux sociaux…). Mais, le problème n’est pas Internet, mais la façon dont on s’en sert : aller au delà de l’interdiction, s’approprier les outils pour accompagner les jeunes.

Séance :

Première partie assurée par l’équipe de Fréquence Écoles : « Savoir chercher, organiser et traiter des informations sur le net »

  • Comprendre le fonctionnement des moteurs de recherche
  • Les Web Experts : un jeu sur la recherche d’information
  • Évaluer la pertinence des contenus : travailler sur la fiabilité d’une information, gérer les problèmes de droit

Seconde partie pour laquelle je suis intervenue : « La veille pour les néophytes »

  • Définition de la veille
  • Méthodologie et stratégies de recherche sous Google
  • Créer et organiser sa propre veille dans le cadre d’un usage personnel et professionnel (mise en situation / exercice) : Focus sur les flux RSS, Google Alertes, Diigo, Evernote

 

Les adultes encadrant les jeunes ne savent pas quelles directions prendre pour appréhender Internet et manquent de confiance en eux pour utiliser les outils. Quelques pistes pour orienter l’animation de la session :

  • Apprendre à exploiter le potentiel collaboratif est justement un des moyens d’appropriation : exemple avec les signets de Diigo (collaboration en interne, groupes). Les adultes se sentent moins isolés dans leur compréhension des jeunes et partagent ainsi leur veille et coopèrent avec d’autres éducateurs de la région Rhône-Alpes et de la France entière.
  • Tenter également l’approche personnelle (loisirs, passions) pour les amener par la suite sur un plan professionnel. Exemple d’utilisation d’Evernote et de Diigo.
  • Utiliser des exemples en relation avec leurs domaines respectifs pour l’étape de mise en pratique des outils (cf exercice sous Google)

Bilan : C’était enrichissant de remettre en question ses compétences et les outils jusque là intégrés pour aider les adultes dans la compréhension des étapes de la recherche d’information. Très enrichissant humainement de développer des contacts avec un public autre que des PME et d’aider les éducateurs désireux de s’inscrire dans les accès au numérique.

Pour en savoir plus sur le sujet :

  • Supports des séances de formation de l’association Fréquence Écoles : environnement numérique en termes de services locaux et de services distants, les outils d’organisation et de collaboration en ligne, publier sur Internet…

Séance 3 – 2ème partie – La Veille expliquée aux néophytes

Quelles actions de sensibilisation possibles pour la Veille ?

Paru dans l’Ebook collaboratif sur la Veille, mon article sur les moyens et actions de sensibilisation possibles pour la Veille est en ligne sur mon blog. Pour tout complément d’information n’hésitez pas à me contacter.

 

Sensibiliser les entreprises à la Veille est devenu une nécessité à l’’heure où les canaux et les sources d’’informations se multiplient et où il devient de plus en difficile de discerner l’’information cohérente et pertinente par rapport à son activité.

Jusqu’ici cantonnées à une simple « prise de conscience », les actions de sensibilisation à la Veille permettent aujourd’’hui de mettre en place des outils efficaces au sein des entreprises de collecte et de traitement de l’info. L’’approche terrain est de plus en plus privilégiée démontrant l’importance de l’’animation locale dans ce domaine. On remarque également une sectorisation de plus en plus poussée de la Veille et un effort de mutualisation de l’information.

Vous trouverez ci-joint des exemples d’’actions de sensibilisation possibles pour la Veille. Animatrice du réseau Haute-Savoie Ecobiz j’organise et j’anime des ateliers pratiques, petits-déjeuners ou soirées réseaux pour les PME PMI de la Haute-Savoie. Tous les exemples cités ci-dessous ont été pour certains testés auprès des entreprises du tissu économique local de la Haute-Savoie.

Dans un premier temps nous aborderons les ateliers pratiques Internet puis nous ferons un focus sur des actions de sensibilisation alliant la pratique et le terrain. Ensuite, nous verrons que des animations sont testées à travers les jeux et les mises en situation.
Enfin, une sensibilisation à la Veille pourra également se faire par la Veille Réseau à travers des rencontres sectorielles.

Ateliers pratiques

Une grande majorité d’’actions de sensibilisation concerne l’’utilisation d’Internet et plus particulièrement les outils de recherche. Voici des exemples de formations :
« Astuces pour optimiser sa recherche d’information », « Utiliser efficacement les moteurs de recherches ». Les ateliers pratiques peuvent se moduler selon la cible concernée : Exemple : « Les outils d’’information et de veille pour créateurs d’’entreprises » ou secteur Exemple : « Identification des sources d’information spécifiques à l’agroalimentaire ».

Ces ateliers sont donc très souvent utilisés pour une première approche à la Veille et s’’adressent aux entreprises qui souhaitent structurer leur démarche de veille de manière pratique et concrète.

Les sessions se présentent généralement ainsi : lors de la première partie, l’animateur expose les différents apports théoriques liés à la formation (analyse des besoins, caractéristiques des différents outils…) qui permettront de faciliter au mieux la phase pratique.

Dans un second temps, les participants sont invités à utiliser l’outil informatique pour une mise en situation issue d’un cas réel d’entreprise. Les cas concrets et les exemples seront définis en amont des formations, mais ne pas hésiter également à demander des exemples parmi l’assistance le jour J.
Les participants testent ainsi les différentes syntaxes d’interrogation des outils de recherches à travers des exemples simples mais également plus complexes.
Afin de montrer aux participants les réelles méthodes d’interrogation de recherche, l’animateur peut demander à des professionnels de la Veille (venant en soutien à l’intervenant) de refaire les exercices. Les participants se rendront compte que leur utilisation des outils de recherche est bien différente et souvent moins précise que celle des professionnels, révélant l’’expertise de ces derniers dans la recherche d’information sur Internet.

Outre les exercices dirigés, les professionnels pourront ainsi démontrer aux entreprises à travers des exemples concrets, les bienfaits et la nécessité d’avoir en interne une réelle expertise. Le but est de faire réagir les participants par rapport à leur expérience pratique issue de ces sessions et de les confronter à leur manque de connaissance dans le domaine de la Veille. Ces ateliers pratiques ont donc une portée limitée puisque s’’ils révèlent l’’expertise que nécessite la veille en entreprise, les participants n’’acquièrent pas pour autant de savoir-faire dans ce domaine telle que l’’acquisition d’’une méthodologie de collecte et de traitement de l’information. De plus, ces ateliers pratiques s’adressent principalement à des dirigeants d’’entreprises qui n’’ont souvent pas le temps de se consacrer quotidiennement et entièrement à la Veille.

Constats :

  • Les principaux ateliers de sensibilisation à la Veille reposent en grande majorité sur l’outil Internet.
  • Les PME-PMI expriment des besoins par des ateliers pratiques reposant sur des cas concrets.

Recommandations :

  • Utiliser des exemples concrets et en rapport avec les secteurs d’activités représentés dans l’assistance.
  • Faire un suivi auprès des participants en amont des ateliers pratiques car risque probable de déperdition des connaissances acquises lors de ces ateliers.
  • S’entourer de plusieurs experts internes ou externes de l’information pendant ces formations pour assurer une bonne disponibilité auprès des participants.

Formation – Action

Outre une première sensibilisation pratique avec les ateliers Internet, d’autres programmes voient le jour et s’’orientent davantage vers une approche terrain.
Exemple avec le programme Initiation à la Veille sur Internet mené par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pays de la Loire depuis début 2010. D’’une durée de 2 jours et demi par entreprise répartis sur 3 mois, cette action, réalisée par l’ARIST, permet d’apprendre à mettre en place et à utiliser ses propres outils de veille.

Cette initiation à la veille sur Internet comprend des ateliers collectifs par groupe de 6 à 8 personnes, mais surtout une phase en entreprise, qui constitue le coeœur du programme. En effet, après les sessions collectives d’initiation à la Veille, des séances individuelles ont lieu au sein des entreprises participantes. Il s’agit d’’apprendre à mettre en place et à utiliser les outils adaptés aux besoins de chacun. Chaque entreprise installe et paramètre les outils adaptés à ses besoins :
– Surveillance d’’actualités concernant un thème ou secteur particulier
– Automatisation de la surveillance de tout ou partie d’un site web
– Création d’un outil personnalisé et tableau de bord de veille sur Internet.

Les retours d’expériences des entreprises sont concluants. Ce programme a ainsi pu leur apporter d’autres méthodes de travail. Comme le souligne Sophie RIAND en charge du programme pour l’ARIST, « ces sessions ont initié un changement d’habitude de leur part ».
Une communauté virtuelle autour de ce programme a également été créée mettant en relation les entreprises participantes de toutes ces sessions. Elles peuvent ainsi en amont faire des échanges de bonnes pratiques entre elles.

Les ateliers couplant sensibilisation pratique et approche terrain sont bénéfiques pour les PME. En effet, du fait de la taille « réduite » de ces entreprises, il est possible de mettre rapidement en place des outils de Veille adaptés à leurs besoins permettant ainsi un suivi et des résultats concrets suite aux actions de sensibilisation.

Mises en situation

Les animateurs doivent sans cesse trouver de nouvelles idées pour capter l’attention du public et leur faciliter l’appropriation de connaissances. Outre le type de format utilisé, un accent est désormais mis sur le ton de l’animation que pourrait prendre un atelier. Ainsi, de nouvelles initiatives sont testées et offertes aux entreprises. Exemple suivant avec un outil de sensibilisation sous une forme délibérément ludique.

Intitulée « La propriété intellectuelle en 5 actes », cette série (coproduite par l’Université Nancy 2, la DRIRE et l’INPI avec le soutien de la Région Lorraine) est destinée à développer la culture de la propriété intellectuelle. L’’intérêt essentiel est de présenter, sous une forme ludique quelques éléments fondamentaux du droit des brevets, des marques, du logiciel ou du droit d’’auteur. Ce DVD s’’adresse aussi bien à des étudiants qu’’à des PME, l’’enjeu étant d’’alerter surtout ces derniers des conditions nécessaires de brevetabilité.

Cette série s’organise en deux temps : Visionnage des courts-métrages puis table ronde et réflexion avec les participants pendant 2h (ce qu’ils ont retenu, ce que l’on peut en dégager, voir par rapport à leur vécu). Le but essentiel est d’’analyser ces séquences et d’’en faire ressortir les principaux concepts.

Principaux constats :

  • Ces formations sous forme de courts métrages montrent un intérêt global manifesté par l’’ensemble des participants. Les concepteurs de ce cours (juristes, spécialistes de la propriété intellectuelle et de la valorisation, enseignants ) ont « retenu une médiatisation qui privilégie l’’image, la créativité ainsi que le témoignage des acteurs (chercheurs et dirigeants d’entreprises) et qui facilite l’’appropriation des notions. »
  • Le côté ludique de l’’exercice a facilité une meilleure attention du public dans le temps. En effet, des participants m’’ont indiqué par la suite avoir retenu plus aisément les concepts essentiels du brevet grâce aux mini saynètes et au ton d’exagération parfois employé. Ils comprennent grâce à cette méthode en globalité le principe et les enjeux du droit d’auteur, des marques ou des logiciels.
  • Dynamique d’appropriation et de participation : les participants ont été davantage participatifs lors du débriefing en seconde partie que pour des présentations sommaires, théoriques et parfois indigestes
  • Bien réfléchir sur la dynamique et l’’orientation voulue du format de contenu : employer une animation dynamique via des mises en situation pour faire passer des notions complexes.

Les Serious Game

Les Serious games (jeux sérieux) sont un des moyens de sensibilisation essentiel et nécessaire à tester auprès des entreprises.
Par le biais d’un domaine ciblé comme nous allons le voir ici avec l’éco-innovation, les entreprises exploitent les enjeux de la Veille en étant conscient que leur environnement économique n’est pas figé (concurrence, besoins clients, contraintes réglementaires, changement de fournisseurs, influence des médias…).

Exemple avec le jeu BtoGreen. La méthode BtoGreen lancée en Janvier 2010 par la société Weenov Performance avec le concours du Pôle Eco-conception de St Etienne a pour objectif d’accompagner les entreprises dans la définition d’une stratégie environnementale produit et service.

En voici la règle du jeu : chaque joueur est à la tête de l’innovation de son entreprise et doit réaliser le maximum de chiffre d’affaires sur 5 ans en développant chaque année, un produit ou service nouveau, meilleur que celui de la concurrence.
Le jeu fait le lien entre les avantages concurrentiels d’un produit ou service et les menaces et opportunités liées au contexte économique au travers d’une partie de jeu.

Ainsi, BtoGreen peut être déployé en tant qu’outil introductif à des disciplines telles que l’éco-conception, les mécanismes et les processus d’innovation, la veille technologique…

Les apports pour l’entreprise participante sont nombreux :
– Stimulation de la créativité
– Apprentissage des enjeux de l’innovation
– Expérimentation de la prise de décision
– Ouverture à de nouveaux modes d’appropriation de connaissances

L’animation autour de jeux sérieux présente également des avantages :
– Type d’animation facile à mettre en place
– Une dynamique et une attention active des participants tout au long de la partie

Par le biais des « serious games », les entreprises seront plus sensibilisées à la Veille dans un secteur qui leur est propre comme l’’éco-innovation dans cet exemple. La sectorisation est une approche intéressante pour la sensibilisation à la Veille puisque les membres de l’’entreprise pourront ainsi observer et constater, via le jeu, que la Veille est une variable indissociable des autres enjeux et fonctionnalités de l’entreprise.

Tables rondes

Les entreprises ont besoin de se rencontrer et d’échanger. Un des enjeux primordiaux pour l’animateur est de faciliter ces rencontres. Celles-ci se présentent sous diverses formes : tables rondes, petits-déjeuners ou soirées réseaux….le but étant de fournir des occasions d’échanges entre les entreprises.

Comment ces rencontres peuvent-elles sensibiliser les entreprises à la Veille ?
Premièrement, en proposant des points formels tournées vers des retours d’expériences.
Il faut avant tout poser le cadre : Rencontre réseau organisée autour d’une entreprise témoin idéalement issue du tissu local, engagée concrètement dans une politique de Veille et qui témoignera sur des actions de veille mises en oeuvre au sein de son organisation. Une des conditions sera de laisser uniquement au préalable la parole à l’entreprise témoin. Le deuxième temps laissera la place aux questions de l’assistance qu’aura suscitée le témoignage. L’animateur sera présent pour donner une dynamique à l’ensemble.

Les PME PMI prennent davantage en considération une entreprise de terrain qu’un intervenant extérieur. Le message est d’autant plus fort si le témoin est représenté dans le tissu économique local. A noter que l’entreprise témoin peut avoir la possibilité d’accueillir les membres de la communauté et organiser ces tables rondes dans ses locaux.

Outre les sessions formelles axées sur des retours d’expériences, un second type d’animation peut se créer via des Rencontres Sectorielles. Sous forme de table ronde une fois par mois, des entreprises d’un même secteur sont conviées à donner à tour de rôle des remarques, signaux faibles qu’elles auraient perçus dans leur environnement.
Chaque participant aura interprété différemment une information, occultée telle autre et selon un référentiel propre à chaque entreprise. L’animateur interviendra pour sa part en fournissant des données plus détaillées sur le secteur concerné et issues de veilles mises en place par des professionnels de l’information du département. Il fournira ainsi des compléments d’informations, d’actualités en amont de leurs échanges mais également des mises en garde sur la distorsion de l’information. Pour sensibiliser à cela l’animateur peut utiliser la technique du bouche à oreille. Ce jeu (idéalement utilisé lors des mises en garde ou au début de la table ronde) consiste à se transmettre rapidement une phrase de bouche à oreille entre les joueurs, un par un : le premier inventant la phrase et le dernier récitant à haute voix la phrase qu’’il a entendue et comprise. Les résultats sont parfois bluffants…
L’’objectif de ce jeu est de percevoir la distorsion possible de l’information et révèle ainsi la nécessité pour les entreprises de vérifier la véracité des informations issues d’échanges informels. En ce sens, la Veille permet d’apporter un cadre d’analyse de ces échanges informels permettant d’éviter la mésinformation.
Une sensibilisation sera donc engagée ici par une volonté d’apporter aux entreprises une prise de conscience à la Veille au travers de leur environnement sectoriel.

Enfin, une dernière action de sensibilisation à la Veille peut être amenée par des formations sur les apports de développer son réseau interne et externe d’entreprise : « Comment créer son réseau en interne et en externe ? comment l’entretenir ? » « Analyser son réseau dans le cadre d’un projet »
En interne, les objectifs sont de sensibiliser les entreprises dans une démarche d’intelligence collective et de les aider à développer leurs communautés sectorielles, trouver des personnes ressources et savoir les intégrer dans leurs réseaux.

Des entreprises m’’ont contacté à la suite d’une session de formation pour me dire qu’’elles avaient pris conscience en interne d’un processus de veille nécessitant la mobilisation d’’expériences diverses. C’est une première sensibilisation à une veille réseau qui pourra aboutir par la suite à une autre sur les enjeux informationnels dans leur environnement externe.

ll faut convaincre les entreprises une à une de l’intérêt de la veille, à partir d’exemples dans lesquels elles se reconnaissent individuellement. Dans le cadre de l’animation il faudra toujours bien regarder en amont les secteurs d’activités représentés, se tenir au courant des dernières méthodes de techniques d’animation. La dynamique donnée à travers des mises en scènes ou jeux de rôles ainsi que par ton résolument ludique trouve son public. Les entreprises ne se sentent plus en phase avec les sempiternelles présentations passives, les généralités et les mises en gardes parfois alarmistes (axe parfois utilisé pour des réunions sur les risques numériques par exemple).

La réussite d’un atelier de sensibilisation se fait lorsque des PME PMI changent leurs habitudes informationnelles et émettent des recommandations pour la mise en place d’un système de veille dans l’entreprise. Il faut du temps, de la patience mais nous devons aller au rythme des entreprises et surtout ne pas les diriger dans leurs choix.

Synthèse de la 8ème Journée franco-suisse sur la Veille stratégique et l’Intelligence Economique

Suite à la 8ème Journée franco-suisse de la Veille stratégique et de l’Intelligence Economique qui s’est tenue le 16 juin dernier à Neûchatel, vous trouverez ici une brève synthèse de la Journée en attendant un compte-rendu plus complet à paraître prochainement dans le magazine RESSI.

La journée avait pour thème cette année :
« La dimension humaine de l’intelligence économique : Valeurs, organisation, réseaux et influence « 

Elle s’est articulée autour des axes suivants au travers des témoignages d’entreprises suisses et françaises:

    – Comment identifier et utiliser, à l’externe, les personnes ou les réseaux d’influence qui peuvent s’avérer des facteurs décisifs pour remporter des marchés?
    – Comment constituer un réseau humain de veille à l’interne?
    – Quelles méthodes appliquer pour motiver les collaborateurs à la veille?
    – Quelles résistances vaincre?
    – Comment partager l’information en vue de préparer les meilleures décisions?

Outre la synthèse, vous trouverez également certaines des présentations des intervenants du jour J.

Regards croisés sur la Veille – Livre blanc collaboratif

Hier est sorti un livre blanc collaboratif dédié exclusivement à la veille et la recherche d’informations. L’objectif est d’apporter un regard et des méthodologies et sur la pratique de la Veille dans divers métiers, le tout agrémenté d’interviews de professionnels.

Je ne peux que vous conseiller cette lecture d’été, enfin peut-être pas sur la plage mais après vous faites comme vous voulez ^^

J’ai été ravie de participer à ce beau projet 🙂 J’en profite pour dire un grand MERCI à l’équipe coordinatrice, à savoir Anne Laure Raffestin, Camille Alloing (merci de m’avoir sollicitée pour m’exprimer sur les actions de sensibilisation !) , Flavien Chantrel (merci pour ta réactivité et ta disponibilité tout au long de l’ébauche) et Terry Zimmer qui ont pris du temps pour voir aboutir ce beau projet d’e-book collaboratif.

Si vous avez besoin de plus d’éléments liés à la sensibilisation et aux actions liées à la veille et à l’animation de communautés n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail 🙂

Sommaire :
1 Les notions et outils de bases
2 Pas de veille sans humains : du spécialiste au tous veilleurs ?
3 Les notions et outils avancés
4 La veille pour les travailleurs du web
5 Enjeux et perspectives d’avenir

Retour sur le VeilleLAB Rhône-Alpes d’Annecy

Ce second VeilleLAB Rhône-Alpes à Annecy est maintenant terminé.
Nous avons eu 24 inscriptions pour une quinzaine de participants pour finir.

Déroulé de la rencontre : Les participants sont arrivés en grande majorité entre 18h30 – 18h45.
Nous avons débuté la première partie par des échanges et présentations des invités sous forme d’un mini speed business meeting : formation de groupes (de 5 à 6 personnes). Chaque personne aura eu une minute pour se présenter face au reste du groupe. Après le temps imparti, nous avons alterné les groupes pour favoriser les échanges et permettre à chacun de faire connaissance.
La partie échanges entre membres aura duré jusqu’à 19h30.

2ème partie : Deux témoignages étaient au programme :
L’un avec Julie Deveaux pour l’animation du Cluster CIM (Cluster des Montages). Le focus était axé sur ses activités quotidienne de gestion et d’animation du site internet www.cluster-cim.fr destiné aux industriels du sport / outdoor/ montagne.
– Diffusion d’informations à travers différents supports : lettre d’information, portails netvibes, fiches thématiques, comptes rendus de visites de salons professionnels de l’Outdoor.
– Les profils des adhérents et leur implication sur le site.
L’exposé de Julie aura duré 20 bonnes minutes, questions /réponses comprises.

Le second témoignage était assuré par Catherine Jean, créatrice et dirigeante de Planetinnov, une société qui aide les entreprises à créer de la valeur web social :
Les missions de la plateforme sont les suivantes :
Faire de l’innovation ouverte :
– Ecouter, solliciter les utilisateurs afin d’identifier des usages secondaires, des améliorations de produits, des innovations d’usages,
– Solliciter des communautés d’experts afin de trouver des solutions technologiques,
– Identifier, valoriser des talents

Cet échange sur le crowdsourcing était fort intéressant et il y a eu beaucoup d’échanges entre le public et l’intervenante.

Remerciements :
Un grand MERCI à Dorothée de l’équipe VeilleLAB de Paris qui comme d’habitude a toujours été disponible pour nous aider à préparer l’événement.
Merci à Olivier Tripet qui a bien voulu diffuser cet événement sur le site de l’Association des Community Managers de Suisse.
Merci à Etienne pour les photos (qui seront prochainement en ligne), à Arnaud pour sa réactivité et son aide apportée dans les soucis de dernière minute ainsi qu’à Marie Mulé pour avoir permis de voir ce rendez-vous prendre forme à travers nos mails respectifs 🙂

Merci à Catherine Jean et Julie Deveaux qui ont bien voulu se prêter au jeu des interventions en public et à tous les participants venus d’horizons parfois différents !

Rendez-vous pour certains au prochain Rencard du Web, réseau annécien dans le web qui a diffusé l’événement et dont certains membres sont venus le 01 Avril.

Retour sur le premier VeilleLAB Rhône-Alpes

Marie a fait un compte rendu nickel sur son blog alors je ne sais pas quoi rajouter de plus mais je vais essayer d’en faire un, surtout pour Arnaud pour qu’il puisse avoir un petit compte rendu alors qu’il était malheureusement absent le jour J.
Un autre retour plus pro de l’événement sera bientôt disponible sur le site officiel du VeilleLAB.

Arrivée
Stéphane, Pierre, Yannick et moi étions les premiers à arriver au lieu dit du Café du bout du monde et je peux dire que le GPS a chauffé et nous a fait prendre un dédale de petites ruelles dans le boin coin fort sympathique de la Croix Rousse.
A la terrasse une question me taraudait : je n’avais jamais vu de visu certains participants (seulement une petite photo via Facebook ou Twitter) et une petite pancarte VeilleLAB (comme on peut voir avec les guides dans les groupes de touristes) aurait été judicieuse ^^
Par exemple, à un moment j’ai vraiment cru que Mael était arrivé et nous attendait devant le bar. Je n’arrêtais pas de fixer le « faux Mael » qui a bien du me prendre pour une folle…
En revanche, j’ai reconnu Laurent qui semblait lui attendre quelqu’un. Je me suis lancée en allant vers lui, qu’avais-je à perdre alors que je m’étais déjà ridiculisée précédemment ^^
Les participants sont arrivés petit à petit et comme il faisait bien chaud c’était une bonne idée d’avoir organisé le RDV dans le sous-sol du bar.

Début de soirée
Des groupes ont commencé à se constituer.
Avec Mael nous avons bien discuté de nos expériences mutuelles au sein d’une CCI alors qu’au même moment la Chambre des Métiers 74 arrivait en force avec Séverine et Virginie.
Avec Stéphane j’ai pu discuter du décryptage d’offres d’emploi dans la veille en Suisse, avec Pierre de référencement, de blogueurs influenceurs ou non, de projets perso pro etc : un vrai web entrepreneur aux 10 idées à la minute 🙂
J’ai aussi fait la connaissance de Sir Chamallow : je ne vous dis pas son vrai prénom car il faut pour cela le voir en vrai 🙂

L’après soirée
Après moult discussions l’appétit se faisait sentir. Sur les conseils de Sir Chamallow une douzaine d’entre nous sommes allés à une pizzéria du coin. L’ambiance était toujours aussi sympa et on discutait de sujets plus persos : les geeks étaient en bout de table à zyeuter le nouvel Iphone 4 de Marie alors que de notre côté c’était plutôt un débat sur la Coupe du Monde de Foot de long en large avec même un petit point sur l’E-réputation par rapport à l’équipe de France.

La soirée s’est terminée aux environs de 23h, heure de tous reprendre nos directions respectives en espérant se revoir pour un prochain apéro. Mais on s’est quitté avec « un très vite sur le Net ».

Applaudimètre
Un grand merci à toutes et tous pour vendredi dernier. Je me répète mais je ne pensais pas qu’il y allait y avoir 22 personnes pour une première. Mention spéciale à Patrick et Thomas qui sont venus tout spécialement pour nous de Paris et Besançon.
22 c’est un bon début et ce n’est pas la taille qui compte mais les discussions !

Un grand merci à Laurent et Christophe pour le prêt de la salle. Vous avez fait du très bon travail et vous nous avez assuré un énorme gain de temps. Merci aussi pour votre motivation et implication dans le projet 🙂
Merci Arnaud pour ton enthousiasme tout au long de la gestion du projet. Promis on en refait un très vite avec ta présence cette fois-ci.

Enfin je profite pour lancer un grand MERCI à toute l’équipe VeilleLAB Paris et notamment Dorothée qui a géré comme une chef la logistique malgré la distance. Elle était également super réactive et répondait rapidement à tous nos mails pour nous aider.
Note aux futures équipes des VeilleLAB Nord et Alsace : vous ne serez pas déçu, c’est très enrichissant humainement et vous avez tout à y gagner ^^

Je profite pour rajouter ici la liste des twitterers présents à la soirée que Sir Chamalllow a compilé. N’hésitez pas à vous rajouter si ce n’est pas déjà fait.

Ingrédients pour le prochain événement :
– Faire un vrai tour de table pour délier les langues et vaincre la timidité.
– Faire plus de photos !
– Mettre plus d’affiches sur l’événement à l’intérieur du bar
– Evoluer davantage parmi les participants et faire en sorte que tout le monde puisse se rencontrer.