Profitez des vacances pour être avec soi-même

Introspection
Odilon Redon, Bouddha dans sa jeunesse (1904)

Les moments de repos nous permettent d’être en famille mais ils peuvent aussi nous donner la chance de faire le point avec nous-même, de nous recentrer et de faire une introspection.

Ainsi, nous parlons des résolutions de début d’année mais l’été est propice aussi à une redéfinition d’objectifs personnels ou professionnels et procure un élan et une vitalité en chacun de nous. L’introspection permet ainsi justement de cultiver tout cela, d’apporter un nouveau souffle et une dynamique mais aussi de favoriser plus de créativité.

Alors, accordons-nous donc du temps, celui de l’inaction et de la réflexion.

Introspection

Quelques moyens pour s’accorder du temps avec soi-même :

  • Méditer : 15 minutes par jour suffisent surtout pour ceux qui n’ont pas l’habitude. Essayez déjà 5 minutes par jour…cela parait déjà très long pour beaucoup de personnes…Méditez tôt le matin ou avant de vous coucher mais également dans les moments où vous êtes seul(e). Soyez le plus confortable possible, assis en tailleur sur un coussin / bolster / brique et couverture (contre un mur c’est bien pour garder le dos droit) ou bien couché sur un tapis si vous éprouvez des tensions musculaires en posture assise. L’application Petit Bambou est bien utile si vous souhaitez être accompagné dans une méditation de pleine conscience. Si vous avez d’autres applications bien-être / méditation que vous utilisez n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ci-dessous. Les retraites de méditation silencieuses et de pleine conscience sont aussi de très bons moyens pour lâcher prise et se concentrer, corps et esprit sur l’instant présent. A ce sujet, lire cet article : « Ma semaine de retraite à méditer en pleine conscience ». 

 

  • Marcher : Je marche, donc je pense. Lire à ce sujet le dernier Sylvain Tesson, « Sur les chemins noirs » pour suivre ses réflexions de marcheur. « Entre moi et le monde, il n’y avait que l’air tiède, quelques rafales, des herbes échevelées, l’ombre d’une bête. Et pas d’écran ! Aucune information, pas d’amertume, pas de colère. » (Sylvain Tesson). La nature et les éléments nous aident à apprécier l’instant présent et à ressentir. La marche permet également la méditation et si vous avez du mal à rester en tailleur, marchez en pleine conscience ! La marche rendra le corps plus présent et l’attention plus ouverte. Au sujet des lieux, allez là où votre coeur vous porte : plage, campagne, montagne, ville, forêt… Marcher en forêt, prendre de l’énergie à un arbre, et se recharger sont aussi des exemples d’harmonie que nous pouvons faire avec les éléments. Enfin, n’oublions pas les pèlerins qui iront cette année sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. La fréquentation augmente d’année en année et chacun part avec ses propres motivations sur le chemin qui lui correspond (paysages, rencontres, introspection..). Une route initiatique dont on ne revient pas indemne. Le but du chemin, c’est bien le chemin en lui-même…

Introspection

 

Illustration : Mike Medaglia

 

  • Cuisiner : moment de pleine attention et de méditation en profitant de l’instant présent. Être ainsi pleinement à ce que l’on fait, aux gestes, aux sensations, aux parfums dégagés par la cuisine. Cuisiner pour faire plaisir à ses proches mais aussi pour soi-même est un vrai moment de plaisir et les vacances permettent d’apprécier ces précieux instants. De plus, vous pouvez tout à fait lier la marche et la cuisine en allant cueillir des plantes /herbes pour décorer ou incorporer dans les plats. On utilise tous nos sens pour partir à la découverte de toute cette diversité végétale, on oublie le temps et l’on se sent encore plus proche de la nature. J’ai moi-même récemment cueilli du serpolet, de l’achillée millefeuille et autres plantes pour tester dans les recettes et c’est génial de pouvoir créer de nouvelles saveurs. De nombreuses associations existent qui permettent de coupler marche et cueillette de plantes culinaires et médicinales. Regardez près de chez vous il y en a très certainement !

 

  • S’ennuyer : L’ éloge de la paresse, une liberté dans un monde hyperconnecté. Les vacances permettent de lâcher le mobile alors profitez-en !  Et si vous n’arrivez pas à lâcher vos outils, allez dans un endroit complètement déconnecté, sans wifi ni possibilité de connexion, vous verrez c’est imparable et vous saurez si votre dépendance est forte. Enfin, couper les portables, séquencer son temps d’attention et se concentrer vous apportera une créativité qui permettra de voir plus clair en vous. En effet, ce n’est pas en étant sollicité de tous les côtés que vous parviendrez à trouver tout cela. Sinon, pour celles et ceux qui ont vraiment beaucoup de mal à se couper quotidiennement du mobile testez l’application Off Time pour se restreindre momentanément. Ces quelques moments de déconnexion vous permettront en tous les cas de savoir si vous êtes fortement dépendants ou non de vos doudous mobiles !

Mais retournons à l’ennui et lisons ces quelques lignes de Jean d’Ormesson pour une ode à la paresse :

« J’écrirais volontiers un éloge de la paresse et de l’ennui. La paresse, rien de plus clair, est la mère des chefs-d’œuvre. Très loin de l’abrutissement qui naît des grands postes et des hautes fonctions, l’ennui est cet état béni où l’esprit désoccupé aspire à faire sortir du néant quelque chose d’informe et déjà d’idéal qui n’existe pas encore. L’ennui est la marque en creux du talent, le tâtonnement du génie. Dieu s’ennuyait avant de créer le monde. Newton était couché dans l’herbe et bayait aux corneilles quand il a vu tomber de l’arbre sous lequel il s’ennuyait la pomme de la gravitation universelle. Les petits esprits s’énervent au milieu de foules de choses, la plupart du temps inutiles. Les grands esprits ne font rien et s’ennuient comme Descartes « enfermé seul dans un poêle en Allemagne » avant de découvrir des cieux. Chateaubriand bâillait sa vie avant d’écrire Atala, et René, et les Mémoires d’outre-tombe.
L’essentiel est de fuir les occupations subalternes et d’éviter de se disperser dans des plaisirs ou des obligations d’emprunt, et puis de se donner tout entier à ce qui sera l’œuvre d’une vie. » Jean d’Ormesson, extrait de l’ouvrage « Qu’ai-je donc fait ? »

Enfin,  vous trouverez  ci-dessous quelques références d’ouvrages qui favorisent une introspection et nous permettent de nous déconnecter de la vie réelle pour mieux savourer la nature et retrouver notre vrai moi. Lisez des extraits, prenez le temps de savourer et ayez à côté de vous un petit carnet pour prendre des notes. Ah oui, je n’ai pas parlé de l’écriture mais c’est aussi un bon moyen de coucher sur le papier ses pensées, réflexions sur la vie et sur l’instant présent. Je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet car il y a beaucoup à dire.

Liste des ouvrages :

Les Yoga-sūtra (environ 200 ans av J.C.), Patañjali

Pensées pour soi-même (170-180 ap. J.-C), Marc Aurèle

Les Rêveries du promeneur solitaire (1776-1778), Jean-Jacques Rousseau

Nature (1836), Ralph Waldo Emerson

Walden (1854), Henry David Thoreau

De la marche (1862), Henry David Thoreau

Un été dans la Sierra (1911), John Muir

Le Prophète (1923), Kahlil Gibran

Sur la route (1957), Jacques Kerouac

Ma vie (1961), Carl Gustav Jung

Chemin faisant (1977), Jacques Lacarrière

Le Chercheur d’absolu (1997), Théodore Monod

Le Pouvoir du moment présent (1997), Eckhart Tolle

Vivre en pleine conscience (1997), Thich Nhat Hanh

Tais-toi et marche…(2002), Théodore Monod

Petit traité de vie intérieure (2010), Frédéric Lenoir

L’art de la méditation (2010), Matthieu Ricard

Dans les forêts de Sibérie (2010), Sylvain Tesson

Immortelle randonnée. Compostelle malgré moi (2013), Jean-Christophe Rufin

N’hésitez pas à laisser en commentaire des références de textes qui vous parlent sur l’introspection…

A lire aussi : 

« Un peu de vacance(s) ? » : article  sur le thème du repos

« Before we can be with others, first learn to be alone » : article de blog par Jennifer Stitt (Onbeing.org)

« Solitude, esseulement, isolement » par Hanna Harendt

« Marcher avec les philosophes », Hors-série de Philosophie magazine. Marcher avec les philosophes et se demander avec eux où, comment et pourquoi, nous aimons tant la marche.

« Cuisiner c’est méditer », Dana Velden, Editions First

A écouter :

Eloge de la solitude (France Culture, Podcast)

L’introspection (France Culture, Podcast)

Alors, déconnectons vraiment et retrouvons notre « moi » pendant cette période précieuse des vacances ! Et qui sait, peut-être prendrez-vous le goût hors vacances de poursuivre ce chemin personnel ?

« S’arrêter
Respirer
Observer
Ressentir »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.