Etude de cas d’E-Réputation avec WWF International

Retour sur une actualité sensible parue ces dernières semaines et visant le secteur des ONG avec WWF International.

Contexte :

Une enquête réalisée par le site BuzzFeed et communiquée début mars, accuse WWF d’avoir financé des « forces paramilitaires brutales » qui ont « torturé et tué » des individus en Asie et en Afrique. Ainsi, WWF est dénoncé pour violations des Droits de l’Homme.

Buzzfeed, société américaine de médias Internet est connue pour la présentation de ses contenus, notamment les listes d’images, contenus le plus souvent légers et peu fouillés et associés à de la publicité native. L’article en question qui accuse WWF est posté le 4 mars 2019 sur le site BuzzFeed. Il a été écrit par Tom Warren le journaliste d’enquête et Katie J.M Baker un reporter de BuzzFeed qui a également travaillée sur l’enquête.  Plus de 100 témoignages récoltés par BuzzFeed assimilent ainsi l’association aux sévices commis sur les populations autochtones par les écogardes. Les mises à disposition d’armes, de véhicules et d’équipements high-tech pour les équipes des parcs naturels incriminent directement l’ONG.

Ces méthodes avaient déjà été dénoncées par une autre ONG : Survival International en 2015 ainsi qu’en 2017.
Les récentes révélations de Buzzfeed, selon Survival, soulèvent une autre question : l’émergence de ce qu’elle qualifie de « colonialisme vert occidental ».

Toujours selon Buzzfeed, l’antenne centrafricaine du WWF aurait participé à l’achat de fusils d’assaut auprès de l’armée du pays.
Buzzfeed porte donc de graves accusations sur la réputation de WWF qui est dénoncée de violations des Droits de l’Homme.

Répercussions:

Les médias ont été globalement neutres en raison de l’image du site Buzzfeed.  Les internautes ont quant à eux partagés cette actualité. Leonardo DiCaprio, membre du comité de direction de WWF, a pris ses distances avec ces derniers mais n’a souhaité à répondre à aucune question. Le fond est soutenu par d’autres personnalités
mondialement connues, à l’instar de David Attenborough, Andy Murray ou encore Christian Bale. Aucun des trois hommes n’a pour le moment souhaité réagir.
Sur les réseaux sociaux, les avis divergent : certains pensent que BuzzFeed porte de fausses accusations sur WWF et cherche juste à faire parler d’eux tandis que d’autres ont confiance
en Buzzfeed et critiquent WWF.

Communication sur les réseaux sociaux : création de l’hashtag #WWFfundsAbuse et #StopMessokDja qui est beaucoup utilisé par le compte de Survivalfr mais aussi par d’autres internautes qui sont révoltés par cette affaire.

Diffusion d’images explicitant le rôle de WWF dans ces tortures :

 

Réponse de WWF International :

WWF International réplique le jour même, 04 mars et fait un communiqué de presse pour répondre aux allégations de Buzzfeed. Cf le communiqué de presse en anglais et en français.

Analyse du communiqué de WWF :

  • WWF va faire une enquête pour examiner ses accusations et demande à BuzzFeed des preuves pour plus de compréhension
  • WWF rappelle ses valeurs, son éthique et leur but de protéger les populations autochtones.
  • Ils prendront des procédures si l’enquête menée révèle un manquement.

Pour ce qui est des réactions suite à cette enquête, beaucoup trouvent ce communiqué peu étayé et attendent plus d’explications. Mais surtout, WWF ne communique plus sur les réseaux sociaux depuis ce scandale (on peut voir que leurs derniers posts date du 3 mars 2019 sur Twitter et Facebook). Rien, aucun post officiel sur les réseaux sociaux ou du partage du communiqué de presse. Cette absence de communication a continué de susciter des interrogations de la part des internautes.

Conclusion :

Buzzfeed n’est pas une source très fiable et le site a été de très nombreuses fois accusé de divulguer de fausses informations ou des articles incomplets. Cependant, WWF International a très bien fait de lancer un communiqué officiel prudent,avisant le monde qu’ils allaient mettre tout en oeuvre pour résoudre cette affaire. Dans une société ou les gens ne croisent plus les sources qu’ils lisent, qu’ils partagent des actualités sans même savoir la véracité de l’information il est essentiel de communiquer, et au moins de parler. Car ne pas donner de réponse officiel et se rendre absent sur les réseaux sociaux c’est déjà communiquer….ils auraient donc dû communiquer sur les réseaux sociaux pour apaiser les interrogations des internautes. Le résultat de la communication officielle de l’organisation se remarquera par les répercussions au niveau des donations…

Cas d’Intelligence Economique avec LEVI STRAUSS

Message à mes étudiants : je vous avais parlé la semaine dernière de cas connus en Intelligence Economique. J’ai retrouvé dans mes archives électroniques un autre cas avec l’exemple de LEVI STRAUSS. Cet extrait est issu de la présentation de Ben Gilad, un vétéran de SCIP (conférence 2000).

« En 1996, la célèbre marque de jeans, Levi’s redevient une compagnie privée sous la direction de Robert Haas. Il souhaitait à l’époque, revigorer et restructurer la compagnie sans avoir à parler aux analystes et journalistes qui s’interrogeaient sur la perte de terrain de la compagnie. Sa gestion fut tout à fait inspirée des écoles d’administration américaines d’Harvard et la situation a continué à se détériorer. La capitalisation boursière est passée de 14 à 8 milliards de $, alors que celle de GAP augmentait de 7 à 40 MM $ -, les parts de marché passaient de 48% en 1990 à 25% en 1998 et 29 usines furent fermées, provoquant la disparition de plus de 16 000 emplois.

Selon l’analyse de Gilad, Levi n’a pas vu ses concurrents arriver sur le marché, car son évaluation concurrentielle ne comprenait pas les Lee, Calvin, Gap et toute une série d’autres fabriquants de vêtements qui n’étaient pas à l’époque des marques de jeans très présentes sur le territoire Américain.

Les dirigeants de Levi ont aussi commis une grave erreur : ils ont sous-estimé la défense de la marque. Leurs mauvaises lectures de l’environnement concurrentiel et du marché ne leur a pas permis de comprendre que les enfants ne portent pas forcément ce que leurs parents ont portés, et ils ne font pas obligatoirement leurs achats aux mêmes endroits. Levi Strauss n’a pas utilisé l’Intelligence Economique pour appréhender son environnement et aider à définir une stratégie à long terme.

Robert Hass est resté accroché aux principes de l’ancienne économie » qui est en train de passer à une autre étape de son développement, de vivre une seconde révolution industrielle. L’avènement du commerce électronique et la rapidité croissante des échanges commerciaux, du développement accéléré des produits et le regroupement de produits et services font en sorte de piéger de grandes sociétés que l’on croit solidement établies.

Toujours selon Gilad, dans une économie de plus en plus numérique, où les faits et gestes de la concurrence doivent être analysés pour projeter et anticiper leurs prochaines actions, l’Intelligence Economique doit être une préoccupation de tous les jours ».

Frédéric Turcotte, édition canadienne « Commerce Monde » Juin 2000 Rapport de la conférence SCIP 2000 Atlanta.

Animation et pédagogie : la porte des réussites

J’ai terminé récemment un module d’une cinquantaine d’heures en Veille stratégique et E-Réputation. Comme j’ai passé pas mal de temps auprès d’eux, j’ai voulu expérimenter une technique pédagogique qui m’avait interpellé sur Twitter.

La technique s’apparente à une porte des réussites. En toute fin du dernier cours, les étudiants laissent ainsi des post-it autour de la porte en indiquant par un seul mot ce qu’ils ont compris, retenu ou aimé.

Cette technique permet de reconnaître deux choses :

  • Le principal : si ton cours a été aimé, si les étudiants ne se sont pas ennuyés et surtout s’ils ont retenu tes enseignements
  • Deuxièmement, cela permet à l’intervenant de faire une petite mise au point / enseignements et matériels utilisés. Ainsi, on voit les efforts que l’on doit faire sur tel enseignement et faire des modifications en ce sens.

Testé et approuvé ! Une idée qui est facile à mettre en oeuvre et qui permet de considérer le regard des étudiants.

Principales informations sur les entreprises

Voici une grille d’analyse des principaux types d’informations rencontrés pour une veille sur une entreprise.

On peut très bien réaliser un tableau en inscrivant pour chaque type d’information (informations légales, financières…) le type de source et la source précise qui sont reliés à l’information recherchée (exemple : raison sociale, actionnariat…). Cet exercice entre dans le cadre d’une méthodologie de collecte d’informations dans le cycle de veille stratégique.

 

Informations légales :

  • Raison sociale
  • Type juridique
  • Actionnariat
  • Participations
  • Filiales

Informations financières :

  • Principaux chiffres et ratios (CA, capital…)
  • Bilan
  • Compte de résultats
  • Cotation en Bourse
  • Niveau d’investissement

Informations sociales :

  • Noms des dirigeants
  • Organigramme
  • Effectif
  • Répartition de l’effectif par fonction
  • Formation
  • Politique de recrutement
  • Représentation syndicale du personnel

Production :

  • Principaux produits
  • Technologies présentes dans les produits
  • Technologies utilisées pour produire
  • Fournisseurs principaux
  • Procédure qualité (certification ?)

Marché :

  • Quel marché ? (segments, clients réels ou potentiels, place sur le marché)
  • Position par rapport aux concurrents

Commercialisation :

  • Marques
  • Modes de distribution, distributeurs
  • Politique de prix
  • Activité import-export
  • Budget pub et communication

Recherche & Développement :

  • Capacité d’innovation (activité brevet)
  • Rythme de renouvellement des technologies
  • Budget R&D
  • Existence de centres de recherche
  • Respect de l’environnement

Antécédents juridiques :

  • Procès, condamnations…

Sur le même sujet dans l’analyse de collecte des données, voir aussi mon billet sur la grille d’analyse en Intelligence Economique.

Humeur du jour

Citations tirées de « Homo Deus : Une brève histoire de l’avenir » (2017) de Yuval Noah Harari, qui lance une violente charge contre les GAFA  : 

 

GAFA

« Aujourd’hui, aux États-Unis, on lit plus de livres numériques que de livres imprimés. Des appareils comme le Kindle d’Amazon sont capables de recueillir des données sur leurs utilisateurs pendant qu’ils lisent.

Par exemple, votre Kindle peut surveiller quelles parties d’un livre vous lisez rapidement ou au contraire lentement, à quelle page vous marquez une pause, et quelle phrase vous fait abandonner le livre pour ne plus jamais le reprendre. ( Mieux vaut dire à l’auteur de réécrire le passage.) Si Kindle est perfectionné et doté d’un système de reconnaissance faciale et de capteurs biométriques, il saura quel effet chaque phrase lue a eu sur votre rythme cardiaque et votre tension.

Il saura ce qui vous aura fait rire, rendu triste ou mis en colère. Bientôt les livres vous lirons pendant que vous lisez. Et alors que vous aurez vite fait d’en oublier la majeure partie, Amazon, lui, n’oubliera jamais rien. Ces données lui permettront de choisir des livres pour vous avec une précision troublante. il lui permettra aussi de savoir qui vous êtes exactement, comment allumer ou éteindre votre intérêt ».

« Tandis que le système global de traitement de données devient omniscient et tout-puissant, la connexion au système devient la source de tout sens. Les hommes veulent se fondre dans le flux de données parce que, lorsque vous en faites partie, vous appartenez à quelque chose de bien plus grand que vous. Les religions traditionnelles vous assuraient que chacun de vos mots et chacun et de vos actions faisaient partie d’un grand projet cosmique, que Dieu avait l’œil sur vous à chaque instant, et se souciait de vos pensées et sentiments.

La religion des data vous dit aujourd’hui que chacun de vos mots et chacune de vos actions font partie du grand flux de données, que les algorithmes vous observent sans cesse, et qu’ils se préoccupent de tout ce que vous faites et ressentez. La plupart des gens en sont ravis. Pour les vrais-croyants, être déconnecté du flux des données, c’est risquer de perdre le sens même de la vie. À quoi bon faire ou expérimenter quoi que ce soit si personne n’en sait rien et si ça ne contribue aucunement à l’échange global d’informations ? »

Escape game sur l’Intelligence Economique

Dans le cadre de l’événement organisé par la HEG pour les 100 ans de la filière Information documentaire un escape game a eu lieu mi-juin à Genève.

 

L’escape Game :

Vous connaissez tous le principe de l’escape game et peut-être en avez-vous déjà expérimenté ? Le jeu plonge ainsi une équipe de participants dans une aventure en immersion, lors de laquelle ils vont devoir collaborer pour trouver la solution aux énigmes et la sortie. Ainsi, j’ai pu avoir l’occasion de jouer a un escape game sur le thème de l’Intelligence Economique à la HEG de Genève mi-juin. L’escape game  a été réalisé par les étudiants de 2èmeannée de bachelor de la filière Information documentaire de la HEG. Le travail de préparation (histoire, scénario) aura duré plusieurs mois.

Intrigue :

Bien évidemment, je ne vous dirai rien car si je vous raconte l’intrigue, l’escape game ne vaudra plus le coup, surtout si la HEG souhaite décliner le jeu à d’autres écoles ou universités qui en feraient la demande. Mais globalement, nous avons eu un aperçu du cycle de l’information tout au long du jeu :

  • Analyse des besoins : secteur sensible de l’histoire dans la problématique de sécurité d’information
  • Collecte d’informations sous différents supports : mobile, tableau blanc, jeu d’échecs et j’en passe…
  • L’analyse de l’information : nous avons eu beaucoup de matière dans l’appropriation des données, et le fait d’être en équipe était positif pour juger tous ensemble et rapidement de la pertinence ou non des indices que nous avions. De plus, l’objectif était d’analyser les nombreux indices laissés dans la pièce pour les recouper à la problématique.
  • Diffusion : on parle ici du recoupement des informations et du partage pour trouver la principale intrigue. Une étudiante du projet était dans la salle pour valider ou non chaque avancée…et aider en cas de pataugeage total !

Ci-dessous quelques photos de l’escape game :

L’Intelligence Economique et le jeu d’échecs, un duo gagnant 🙂

Et on ressort le manuel d’informatique documentaire ^^

 

Photo : HEG Genève / quelques membres de l’équipe projet de l’escape game

Bilan de l’escape game dans le cadre d’un jeu sérieux :

 

  • Appropriation de connaissances sur le cycle de l’information bien représenté tout au long du jeu : idéal pour une classe d’étudiants pour compléter un module sur la problématique des enjeux informationnels.

 

  • Jouer en équipe et travailler sur le collectif : tout le monde agit et a une mission à effectuer. Pris dans une salle de classe, on peut se dire que les étudiants suiveurs seraient plus présents dans le jeu…

 

  • Diversité des outils utilisés : on peut clairement trouver de la bonne matière sur le thème de l’IE et sortir un peu des sentiers battus. Cela fait du bien, ça dynamise et ça dépoussière tout ça !

 

  • Timing : tout dépend si l’intrigue vous inspire ou non. Les meilleurs sont sortis en moins de 45 minutes il me semble.

Encore merci en tous les cas à la HEG et à l’équipe qui a longuement travaillé sur le sujet ! J’espère avoir une interview avec elle en septembre.

Evolution des compétences du veilleur

Petit retour sur l’après-midi consacré à la veille d’information dans le cadre de l’événement organisé par la HEG pour les 100 ans de la filière Information documentaire à Genève, et qui a eu lieu du 18 au 22 juin.

« L’évolution de la veille : quels rôles et compétences à développer pour les professionnels de demain ? »

 

Ainsi, l’après-midi a débuté par la conférence de Véronique Mesguich, consultante et formatrice spécialisée dans le domaine de la veille stratégique, sur l’évolution des compétences des veilleurs.

compétences VEILLE
Photo : Véronique Mesguich / HEG Genève : https://www.hesge.ch/heg/100-id

 

En introduction, elle est revenue sur les 3 paradoxes du numérique afin de poser le décor sur le métier du veilleur d’information.

Paradoxe du numérique : Tendance au cloisonnement et à la transversalité ce qui est paradoxal. Mainmise des GAFA  sur l’accessibilité des données. Tim Berners Lee a d’ailleurs alerté cette année à ce sujet. cf « the Web is under threat. Join us and fight for it »

Paradoxe sur les sources : Démultiplication des sources et en même temps, phénomène de pensée unique. cf les Featured snippet : mise en exergue d’un résultat mis en avant et qui est amorcé comme un bon résultat. Lire à ce sujet le billet d’Abondance : « Google donne plus d’infos sur les Featured Snippets »

Paradoxe sur la mémoire du Web : Beaucoup de contenus éphémères. Quid du droit à l’oubli ? Evolution du web vers le « post texte », le vocal et l’éphémère. Web 4.0 et révolution du « phygital », la fusion du physique et du digital.

Evolution des solutions de veille :

  • Evolution des solutions : orientées vers le social media listening : activité d’écoute des internautes présents sur les médias sociaux (sites de micro-blogging, forums, réseaux sociaux numériques…)
  • Flux RSS : l’icône est de moins en moins visible sur les sites, ce qui n’empêche pas au veilleur de continuer d’utiliser la surveillance via cette précieuse application.
  • Un modèle économique de moins en moins gratuit

Evolution des compétences :

  • Importance du sourcing dans le métier : identifier un corpus de sources pertinentes et le paramétrage manuel de solutions de veille.
  • Nécessaire empathie dans un monde qui prime sur la robotisation.
  • Esprit critique : ne pas foncer sur une solution dite « miracle » d’outil d’automatisation. Penser à l’humain !

Je rajouterai pour ma part que lorsque nous voyons certaines solutions de veille avec un pauvre sourcing représenté dans le package (je pense à Talkwalker utilisé récemment) , et que beaucoup restent sur ce sourcing en ne faisant aucunement preuve d’identifier un corpus de sources plus qualitatives (cela demande du travail c’est certain) on se dit que l’outil (la solution de facilité) a gagné. On s’éloigne grandement des vraies compétences du veilleur et on se rapproche de la « robolution »

La présentation de Véronique Mesguich ne semble pas encore accessible sur le site Web de l’événement. Je la mettrai en lien dès sa diffusion.

Je reviendrai dans un prochain billet sur mon expérience d’escape game consacrée à la veille.

MAJ 11/09/2018 : la présentation de Véronique Mesguich, ainsi que celles des autres intervenants sont  désormais en ligne à cette adresse.

Evolution de la veille (Juin 2018, Véronique Mesguich)

Cas de communication de crise dans l’environnement

Voici un cas de gestion de crise qui a eu lieu récemment dans le secteur de l’environnement. J’ai suivi cela de près car dans le cadre de l’ONG Shark Citizen, des internautes nous ont beaucoup sollicité pour tenter de comprendre cette situation.

La communication de crise :

Revenons tout d’abord au terme de communication de crise et à sa gestion. Une crise se caractérise par :

  • La présence d’acteurs pouvant être inhabituels (presse, élus locaux, pouvoirs publics, associations, justice…)
  • Un flux inhabituel et surdimensionné d’informations

La crise entraîne ainsi une mise sous tension généralisée selon la nature de la situation et la plupart du temps, engendre des incertitudes, de l’incompréhension et favorise la circulation de rumeurs.

Contexte de la crise :  Laurent Ballesta et le tournage de son film documentaire « 700 requins dans la nuit »

 

Laurent Ballesta, biologiste naturaliste marin français, est un spécialiste mondial de la photographie sous-marine. Il va notamment chaque année sur l’atoll de Fakarava  en Polynésie française pour photographier, filmer et étudier la chasse nocturne des requins gris de la passe sud.

C’est justement autour du tournage de son dernier film sous-marin « 700 requins dans la nuit » dans la passe de Fakarava qu’une polémique est apparue sur les réseaux sociaux. Le documentaire retrace la rencontre, chaque année à la pleine lune de juin, entre 15.000 mérous venus se reproduire dans la passe de Fakarava, en Polynésie, et leurs prédateurs, les requins gris, qui se dirigent aussi par centaines dans l’atoll dans la perspective de nourriture.

Laurent Ballesta

Continuer la lecture de Cas de communication de crise dans l’environnement

SOCIAL MEDIA LISTENING / E-REPUTATION / VEILLE STRATEGIQUE